Accueil Planète Pollution

«Quand je quitte Bruxelles, mes symptômes s’arrêtent»

Cela fait cinq ans maintenant que Timothy, Saint-Gillois de 35 ans, souffre de problèmes respiratoires. Depuis que ce père de famille américain s’est installé à Bruxelles.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 2 min

Originaire des Etats-Unis, Timothy Eden s’est installé à Bruxelles en 2015. C’est l’année suivante qu’il a commencé à avoir des problèmes respiratoires et à souffrir d’asthme. « Ça a progressé peu à peu », raconte le jeune homme. « A ce moment-là, ce n’était pas hypergrave, je n’avais pas besoin de médicaments. »

Cet ancien employé auprès d’un centre de recherche sur l’agriculture durable n’ose pas affirmer avec certitude que son état de santé est lié à la pollution de l’air. « Je ne suis pas sûr à 100 %, mais tout pointe vers ça », précise-t-il. « Quand je quitte Bruxelles, pour rentrer aux Etats-Unis par exemple, mes symptômes s’arrêtent. » Celui qui est désormais étudiant en ingénierie a même testé la qualité de l’air à l’intérieur de sa maison, jugée saine, pour voir si le problème ne venait pas d’ailleurs.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Pollution

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs