Accueil Société

Chasse à l’homme en Flandre: «Le militaire était près d’une cible pendant 2 heures lundi», selon Vincent Van Quickenborne

Depuis lundi soir, la recherche de Jürgen Conings, dont on n’a aucune trace et qui a sur lui tout un arsenal d’armes, se poursuit. « L’enquête judiciaire montre qu’il ne s’agit pas d’un acte impulsif », confirme le ministre de la Justice Vincent Van Quickenborne (Open VLD).

Temps de lecture: 3 min

Après une consultation supplémentaire au Centre de Crise, le ministre de la Justice Vincent Van Quickenborne confirme que le soldat fugitif Jürgen Conings est quelqu’un de très dangereux. Lundi soir, il se trouvait dans le voisinage d’une « cible ». Selon la VRT, il s’agissait du virologue Marc Van Ranst.

Depuis lundi soir, la recherche de Jürgen Conings, dont on n’a aucune trace et qui a sur lui tout un arsenal d’armes, se poursuit.

« L’enquête judiciaire montre qu’il ne s’agit pas d’un acte impulsif », confirme le ministre de la Justice Vincent Van Quickenborne (Open VLD). « L’homme s’est préparé à cet acte depuis des jours. C’est quelqu’un qui est sur la liste des terroristes. Il est très dangereux. »

« Mécanisme suspect » dans la voiture

Les recherches sur la voiture du militaire d’extrême droite ont montré « l’existence d’un mécanisme suspect », a annoncé vendredi le parquet fédéral dans un communiqué de presse. Plusieurs médias avaient déjà fait état d’un piège à la grenade, bien que l’information ait été catégoriquement démentie par le parquet fédéral. Le but précis de ce mécanisme suspect n’est pas clair à ce stade. « Nous attendons toujours le rapport technique destiné à en connaître les effets », a souligné le parquet.

Candidature écartée par la police fédérale

Jürgen Conings avait présenté sa candidature pour entrer à la police fédérale en mars 2020, a appris l’agence Belga à bonne source, confirmant ainsi une information de VTM. L’individu avait été écarté à la suite d’un test de personnalité.

Le fuyard était candidat à une fonction auprès de la Direction de la sécurité publique (DAS), un service en charge du transfert des détenus et d’escortes protocolaires, mais aussi de la sécurisation de sites nucléaires, de Brussels Airport, d’institutions internationales ou encore de domaines de la famille royale.

L’homme, introuvable depuis lundi soir, a menacé de s’en prendre à des symboles de l’État ainsi qu’à des personnalités. Fiché par l’Ocam pour ses idées d’extrême droite, il avait déjà été sanctionné par la Défense. Ce qui ne l’a cependant pas empêché d’avoir accès à des armes lourdes.

La tension est palpable dans le Limbourg. L’Union des mosquées de la province a notamment mis ses membres en garde. Vendredi, l’affluence était ainsi particulièrement faible pour la prière à Eisden-Tuinwijk, dont le lieu de culte musulman est situé à quelques dizaines de mètres du Parc national de Haute Campine où se concentrent les recherches.

Le périmètre de sécurité étendu

Le périmètre de sécurité à la porte d’entrée De Salamander du parc national de la Haute Campine, où les recherches se poursuivent sans relâche depuis mardi soir afin de retrouver Jürgen Conings, un militaire d’extrême droite armé et menaçant, a été étendu vendredi midi, a indiqué le gouverneur de la province du Limbourg, Jos Lantmeeters.

La presse a pour sa part été repoussée à l’écart de la zone en question.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

3 Commentaires

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Geeko Voir les articles de Geeko