Conflit israélo-palestinien: la Vivaldi débloque 8 millions d’euros d’aide humanitaire pour Gaza

La ministre de la Coopération au développement Meryame Kitir (Vooruit), a décidé de débloquer 8 millions d’euros pour l’aide humanitaire à Gaza.
La ministre de la Coopération au développement Meryame Kitir (Vooruit), a décidé de débloquer 8 millions d’euros pour l’aide humanitaire à Gaza. - Photo News.

Le gouvernement fédéral, sur proposition de la ministre de la Coopération au développement Meryame Kitir (Vooruit), a décidé vendredi de débloquer 8 millions d’euros pour l’aide humanitaire à Gaza, a-t-elle fait savoir dans un communiqué.

Un cessez-le-feu a été conclu dans la nuit de jeudi à vendredi entre Israël et le Hamas. La trêve est intervenue après 11 jours de violents combats entre les deux parties qui ont fait plus de 240 morts, la plupart à Gaza.

Maintenant que le cessez-le-feu est en place, la ministre de la Coopération au développement Meryame Kitir a décidé de libérer 8 millions d’euros pour acheminer au plus vite une aide humanitaire sur place, a-t-elle déclaré vendredi soir. Cet argent ira au fonds humanitaire des Nations Unies en Palestine, afin que les organisations sur le terrain puissent l’utiliser immédiatement.

Dégâts énormes

La ministre a déjà rencontré vendredi deux femmes qui font partie d’organisations partenaires à Gaza, «pour obtenir une image précise des besoins actuels et voir comment nous pouvons effectivement apporter cette aide à la population». «Les dégâts sont énormes. Des milliers de personnes sont sans abri et des infrastructures essentielles ont été affectées.»

Meryame Kitir souligne que l’aide humanitaire à elle seule n’est pas une solution durable au conflit au Proche-Orient. «Les jeunes doivent avoir de nouvelles perspectives», a-t-elle souligné. Cette aide est également le point de départ d’un programme de coopération en cours d’élaboration avec les organisations partenaires palestiniennes, axé sur l’emploi et la formation dans la région, y compris à Gaza, a-t-elle ajouté.

«J’assume ma responsabilité de cette manière, mais nous devons regarder plus loin et également nous attaquer aux causes profondes du conflit», a conclu Meryame Kitir. «Je suis déjà heureuse que le gouvernement fédéral ait décidé d’enquêter à court terme sur la manière dont la politique de différenciation (la mise en place de conditions commerciales pour les marchandises israéliennes provenant des territoires palestiniens occupés, NDLR) peut être améliorée.»

Sur le même sujet
Politique
 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous