Accueil Monde Union européenne

Avion dérouté et opposant arrêté par le Bélarus: l’Union européenne condamne et lance un appel

Roman Protassevitch, 26 ans, a été appréhendé à l’aéroport de Minsk à la descente d’un appareil en provenance d’Athènes et avec pour destination Vilnius en Lituanie.

Temps de lecture: 3 min

Les dirigeants de l’UE ont appelé de concert le Bélarus à laisser repartir l’avion de Ryanair dérouté et forcé d’atterrir dimanche à Minsk, et de permettre à « tous ses passagers » de poursuivre leur voyage, fustigeant « une action complètement inacceptable ».

Un avion détourné, un opposant arrêté

Quelques heures plus tôt, ce dimanche, la chaîne d’opposition bélarusse Nexta avait annoncé que l’un de ses anciens collaborateurs avait été interpellé après l’atterrissage d’urgence de son avion à Minsk, dénonçant une nouvelle mesure de répression du régime du président Alexandre Loukachenko.

Roman Protassevitch, 26 ans, a été appréhendé à la descente d’un appareil en provenance d’Athènes et avec pour destination Vilnius en Lituanie, a expliqué Nexta sur les réseaux sociaux. Selon cette source, l’avion a été dévié de sa trajectoire à la suite d’une « alerte à la bombe ». Le service de presse de la présidence bélarusse a affirmé sur Telegram qu’un avion de chasse MiG-29 avait été envoyé par l’armée pour intercepter cet appareil.

En novembre dernier, les services de sécurité bélarusses (KGB) avaient placé M. Protassevitch sur la liste des « individus impliqués dans des activités terroristes ».

Réactions européennes unanimes

« Nous tenons le gouvernement du Bélarus responsable de la sécurité de tous les passagers et de l’appareil. TOUS les passagers doivent pouvoir poursuivre immédiatement leur voyage », a twitté le chef de la diplomatie de l’UE, Josep Borrell.

La présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen et le président du Conseil européen Charles Michel ont eux aussi appelé le Bélarus à laisser repartir « tous les passagers ».

La ministre belge des Affaires étrangères, Sophie Wilmès, a également réagi sur Twitter. « L’annonce de l’atterrissage forcé d’un avion de Ryanair à #Minsk et l’arrestation de M. Protassevich demande immédiatement clarification », a-t-elle écrit. « Tout simplement inacceptable. Nous suivons cela de très près. Aussi préoccupés par la situation des autres passagers. »

« Terrorisme d’Etat »

De son côté, le Premier ministre polonais Mateusz Morawiecki a qualifié d’« acte de terrorisme d’Etat » l’arrestation dimanche de l’opposant bélarusse Roman Protassevitch ».

M. Morawiecki a également écrit sur Twitter qu’il avait demandé au président du Conseil européen Charles Michel que l’UE discute dès lundi de « sanctions immédiates » contre le Bélarus, ajoutant que l’arrestation de l’opposant « ne peut pas rester impunie ».

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

10 Commentaires

  • Posté par HILGER. Marc.c., dimanche 23 mai 2021, 20:51

    Des mots, des mots et ensuite des discussions interminables... Pour ne rien décider ou si peu

  • Posté par Esquenet Alexandre, dimanche 23 mai 2021, 20:26

    L'Europe sait faire de l'Eurovision, rien de plus.

  • Posté par Bougelet Philippe, dimanche 23 mai 2021, 20:24

    C'est un acte de piraterie qui sera évidemment "couvert" par Moscou. A quand de vraies et dures sanctions contre le Bélarus? Mare de cette Union Européenne qui ne semble être composée que de fonctionnaires grassement payés et profiteurs. Quid d'une politique commune aux 27? A quand un Europe crédible?

  • Posté par Morgenthal Jean-Claude, dimanche 23 mai 2021, 19:06

    C'est un acte de guerre. Même les Iraniens lorsqu'ils ont su dans quel avion se trouvaient des évadés de l'ambassade US, et qui était toujours au dessus de leur territoire, n'ont pas osé réagir ainsi. C'est inadmissible.

  • Posté par Multatuli ., dimanche 23 mai 2021, 23:03

    L'immunité diplomatique vous connaissez ? Essayez de faire ça avec un président occidental.

Plus de commentaires

Aussi en Union Européenne

Vaccins anti-covid: «Le fossé est trop grand, nous devons faire mieux, ensemble, rapidement. Mais comment?»

La réunion ministérielle entre l’UE et l’Union africaine, tenue mardi à Kigali, n’a pas permis de rapprocher les points de vue sur le front de l’inégalité criante pour l’accès aux vaccins contre le covid. Le partage est « beaucoup trop lent, beaucoup trop désorganisé », reconnaît Sophie Wilmès. Les Européens refusent toujours la levée des brevets.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs