Accueil Belgique

Les 11 militaires écartés des dépôts d’armes vont aussi perdre leur habilitation de sécurité

Suite à la cavale du caporal Jürgen Conings, la ministre de la Défense avait demandé à l’armée de passer au crible la liste de 28 militaires suivis pour extrémisme de droite. Onze d’entre eux ont perdu ou se verront notifier le retrait de leur habilitation de sécurité.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 3 min

Onze militaires suivis par le SGRS, le service de renseignement de la Défense, en raison de leurs opinions radicales et de leurs accointances avec l’extrême droite ont été écartés par mesure de prévention des dépôts d’armes et n’ont plus accès à des lieux et des informations sensibles, a indiqué dimanche midi la ministre de la Défense, Ludivine Dedonder (PS), sur le plateau de « C’est pas tous les jours dimanche » (RTL-TVI).

A la suite de l’affaire Jürgen Conings, du nom du militaire actuellement recherché par les services de police avec l’appui de l’armée, la ministre a demandé au Chef de la Défense, Michel Hofman, de revoir les procédures afin d’éviter que les 28 militaires suivis par le Service général du renseignement et de la sécurité ne puissent encore avoir accès aux armureries et à des lieux et informations sensibles. Samedi soir, l’amiral a confirmé à la ministre que ces mesures avaient été prises. Elles concernent donc 11 militaires.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Belgique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs