Accueil Culture Cinéma

«The killing of two lovers»: l’amour meurt deux fois

De temps en temps, le cinéma indépendant américain nous vaut une pépite. La dernière en date, dans le genre drame psychologique, est à voir !

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 3 min

Quoi de plus bateau que raconter une histoire d’amour qui se passe ou finit mal ? C’est pourtant à cette gageure, ou presque, que s’est attaqué le réalisateur Robert Machoian. Le point de départ est simple : dans une petite bourgade de l’Utah, David et Nikki se sont séparés, le temps, qui sait, de trouver comment renouer les fils de leur couple. Elle est restée dans la maison familiale avec les enfants, lui s’est installé à quelques rues de là, chez son vieux père. Leur accord prévoit que chacun, pendant cette période, puisse voir qui il veut. Mais David supporte mal que son épouse fréquente Derek. Et celle-ci se rend compte que les enfants adorent leur père, y compris Jess, la grande sœur, l’adolescente qui incite son paternel à se battre pour eux. Quoi qu’il fasse, quoi qu’il dise, David sent que la situation lui échappe, parce qu’avec Nikki, ils ne sont manifestement plus sur la même longueur d’onde : alors que lui lutte, elle semble avoir déjà acté leur séparation.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Cinéma

Voir plus d'articles
La Une Le fil info Commentaires Partager

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs