La Commission va sérieusement réduire la superficie de bureaux à Bruxelles

La Commission va sérieusement réduire la superficie de bureaux à Bruxelles

La Commission européenne a l’ambition de réduire la superficie de bureaux qu’elle occupe à Bruxelles, mais n’envisage pas de quitter la capitale belge, a affirmé mardi le commissaire européen au Budget et à l’Administration, Johannes Hahn.

Celui-ci s’est entretenu avec le ministre-président bruxellois Rudi Vervoort, le secrétaire d’Etat bruxellois à l’urbanisme Pascal Smet et le commissaire du gouvernement bruxellois à l’Europe Alain Hutchinson, au sujet de la politique immobilière future de l’institution européenne. Celle-ci compte maintenir le télétravail dans une proportion limitée, à l’issue de la crise sanitaire, et envisage de quitter un certain nombre d’immeubles satellites au cours des prochaines années.

Dans quels quartiers  ?

Le commissaire Hahn s’est refusé d’en dire davantage sur la localisation des futures implantations revues à la baisse pour ne pas provoquer d’effets d’aubaine sur le marché immobilier, a-t-il expliqué lors d’une conférence de presse organisée en vidéoconférence après la rencontre. Celle-ci avait surtout pour objectif de maintenir le dialogue entre la Commission et la Région-Capitale belge.

On retiendra des propos des différents protagonistes que le Quartier européen « historique » demeurera central dans la stratégie immobilière de la Commission. Selon le secrétaire d’Etat Pascal Smet, le quartier Nord entre également dans les plans de la Commission.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. L’ex-fugitif s’est donné la mort à l’aide d’une arme à feu, au pied de cet arbre situé dans un lieu difficile d’accès du Dilserbos.

    Jürgen Conings s’est suicidé entre une et quatre semaines avant la découverte de son corps

  2. Plusieurs aspects de l’accord dérangent, notamment autour des heures supplémentaires.

    Accord social: la hausse du salaire minimum en ballottage défavorable

  3. Depuis 2017, Emmanuel Macron et Marine Le Pen n’ont de cesse de mettre en scène leur affrontement.

    France: en quoi les lendemains du scrutin pourraient changer la donne

La chronique
  • La chronique «Alternatives» sur les élections régionales en France: malheur aux non-sortants

    C’est le vrai coup de tonnerre des élections régionales qui viennent de se dérouler en France : l’extrême droite qui a réalisé un score bien en dessous de ses espoirs ne conquerra sans doute aucune région, même pas la Provence-Côte d’Azur que tous les sondages lui attribuaient.

    L’autre grande leçon, sinistre celle-là, de ce scrutin, c’est l’ampleur abyssale de l’abstention. 67 %. Contrairement à ce que je craignais, même les extrêmes, réputées plus mobilisées, se sont massivement abstenues, d’où la contre-performance du lepénisme et l’effondrement de l’extrême gauche mélenchoniste. 33 % seulement des électeurs, un tiers de l’électorat, se sont déplacés, ce qui signifie, par exemple, que la candidate socialiste en Ile-de-France, soutenue par la maire de Paris Anne Hidalgo, n’a obtenu que 3 % des inscrits, et les candidats macronistes dans le Nord-Pas-de-Calais, moins de 3 %.

    Qui, malgré ce désastre démocratique, a gagné ?

    Les sortants. Tous les sortants. Quelle que...

    Lire la suite

  • La menace «Jürgen Conings» est levée, pas celle de l’extrême droite

    Des brigades canines, un hélicoptère de combat, des caméras thermiques, l’armée, la police fédérale et locale : tout ce déploiement pour que, in fine, un bourgmestre faisant du VTT et un chasseur du dimanche, alertés par une odeur de cadavre, permettent de localiser un corps en décomposition. Quelle lourde angoisse rétrospective en pensant que ces quidams se livrant à leurs hobbys auraient pu croiser le militaire le plus recherché de Belgique et lourdement armé ! On retiendra que ce serait Jürgen Conings lui-même qui s’...

    Lire la suite