Le discours d’Elio Di Rupo sur l’état de la Région: «Le gouvernement wallon est optimiste»

POLITICS WALLOON PARLIAMENT PLENARY

Elio Di Rupo (PS), le ministre-président wallon, a prononcé ce mercredi son discours sur l’état de la Région devant le parlement de Wallonie réuni en plénière. L’exercice est classique. Mais il prend cette année une dimension particulière en raison de la crise sanitaire et de ses conséquences sociales et économiques, mais aussi à cause de l’annonce récente d’un plan de relance d’une ampleur qualifiée d’inédite par l’orateur.

L’impact de la crise

S’appuyant sur les chiffres de l’Iweps, le ministre-président a dressé le portrait d’une économie wallonne minée par la crise du covid, mais qui aperçoit des raisons d’espérer. Il a notamment insisté sur l’impact de l’épidémie sur la pauvreté : « En 2020, le taux de privation matérielle et sociale a atteint 15,5 % de la population, soit 560.000 personnes. C’est indigne ! L’année dernière également, le nombre de revenus d’intégration versés par les CPAS a augmenté de 15 %. Cette aide est désormais attribuée à 73.000 Wallonnes et Wallons. »

Malgré tout, « le gouvernement wallon est optimiste », selon Elio Di Rupo « parce qu’il s’est immédiatement projeté dans le futur en se demandant comment recréer une dynamique positive. » On connaît le résultat de cette démarche : un plan de relance de 7,64 milliards qui atteindra les 10 milliards d’euros avec les moyens des politiques européennes de cohésion (Feder, Fonds social…).

Comme déjà annoncé, le « Premier » wallon a souligné que ces montants intègrent ceux prévus par la Facilité pour la relance et la résilience de l’Union européenne, par le plan wallon de transition adopté en 2019 et par la démarche « Get Up Wallonia ». « Cette fusion permet plus de clarté et plus de compréhension par les citoyens », a-t-il insisté.

Apprendre le néerlandais

Des citoyens qui doivent se mobiliser dans la foulée de l’équipe gouvernementale, au même titre que les partenaires sociaux ou le mouvement associatif voire que les députés eux-mêmes, de l’opposition comme de la majorité : « Rien ne sert de se lamenter. Tout le monde doit participer à l’élan du redressement et se saisir de cette opportunité pour redoubler d’énergie au profit de la Wallonie. Nous entamons une nouvelle conquête. »

A noter encore, l’insistance mise par Elio Di Rupo sur l’apprentissage du néerlandais dans le cadre de ce plan de relance : « N’oublions jamais que la population wallonne représente 31,7 % de la population belge. Nous sommes donc minoritaires dans notre pays : 57,8 % de la population belge vit en Flandre. Le néerlandais est donc la langue majoritaire de notre Royaume. Si nous souhaitons continuer à nous entendre, nous comprendre, nous respecter, et surtout travailler ensemble avec la Flandre, un effort linguistique doit être accompli. Nous devons nous mobiliser pour que nos jeunes puissent progressivement comprendre et parler le néerlandais. »

Le discours du ministre-président donnera lieu à un vaste débat au parlement cet après-midi.

 
 
À la Une du Soir.be
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous