Accueil Culture Musiques

Mdou Moctar et le blues engagé du Niger: l’écoute intégrale

Les Touaregs et les guitares électriques, c’est déjà une longue histoire. Fascinante et enchanteresse. Depuis Agadez, au Niger, s’y écrit un nouveau chapitre.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 3 min

Quand il décroche, il vient de rompre le jeûne du ramadan, Mdou Moctar. C’est parfois difficile, raconte-t-il, quand les températures sont élevées. Il est croyant, issu d’une famille croyante, où il lui a fallu faire accepter son envie de devenir musicien. Les réticences sont loin, aujourd’hui, et le fait qu’il soit extrêmement doué et gaucher lui a même valu le surnom de « Jimi Hendrix du désert ». Au son de sa voix, qui a parfois du mal à passer par-dessus le bruit des mobylettes et des poules, on devine un sourire : « Je suis né gaucher, mon père est gaucher, son père était gaucher aussi. C’est quelque chose dont j’ai hérité. Du coup, j’étais très content quand j’ai appris que Jimi Hendrix était gaucher ! »

Vous vous souvenez de la première fois où vous avez touché une guitare ?

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Musiques

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs