Accueil Société

Chasse à l’homme: la Sûreté de l’Etat devrait être mieux outillée pour détecter le radicalisme, selon Vincent Van Quickenborne

Le ministre de la Justice affirme que la Belgique avance vers un meilleur outillage des agents de la Sûreté de l’Etat pour surveiller la radicalisation, alors que l’on reste sans nouvelles de Jürgen Conings.

Temps de lecture: 2 min

Alors que l’on reste sans nouvelles de Jürgen Conings, militaire radicalisé qui a pris la fuite avec des armes de la Défense, le ministre de la Justice Vincent Van Quickenborne (Open VLD) affirme jeudi dans La Libre Belgique que l’on avance vers un meilleur outillage des agents de la Sûreté de l’Etat pour surveiller la radicalisation.

Utilisation de discours extrémistes

Le dossier avance «grandement», peut-on lire dans les pages du quotidien. «Pour avoir accès aux espaces secrets sur le Net et les réseaux sociaux, nos services de sécurité doivent être en mesure de gagner la confiance de leurs cibles. Ils se heurtent souvent aux limites de ce qui est légalement admissible dans le cadre de leurs fonctions. Le gouvernement développe un cadre adapté à l’infiltration par des agents et des informateurs pour faire face à ces restrictions», y explique le ministre. «Par exemple, l’utilisation de discours extrémistes ou haineux doit être autorisée dans certains forums afin de mieux comprendre le recrutement de terroristes potentiels. Mais attention, il ne s’agira pas d’un chèque en blanc. Ces opérations seront encadrées par des magistrats.»

Par ailleurs, Vincent Van Quickenborne souhaite que le fait d’être listé par l’Ocam comme personne radicalisée aille de pair avec un refus automatique d’accès «à certains lieux ou à certaines professions», «aux services de sécurité, aux infrastructures critiques et aux armes et munitions, par exemple».

Habitat

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

4 Commentaires

  • Posté par Piscaer Benne, jeudi 27 mai 2021, 6:59

    Que veut dire ce ministre par «nous avons besoin de plus de ressources»? La moitié de la Belgique sait qui a été potentiellement radicalisé via les médias numériques. Ils communiquent tous entre eux, comme un jeu de dominos. Ne serait-ce pas plutôt le résultat d'un désalignement des priorités? Et en plus de cela, il y a le profilage ethnique qui, comme dans de nombreux pays occidentaux, éloigne les loups blancs fanatiques. Peut-être travailler à punir les politiciens qui s'engagent à stigmatiser certains groupes et à destituer les autorités ou les élus qui utilisent la désinformation pour manipuler leurs partisans. Vous combattez la maladie sociale avec l'éducation et l'exemple, pas en punissant ceux qui subissent un lavage de cerveau par des mouvements politiques ou religieux ultra-conservateurs. Nous ne devrions plus espionner notre marche et notre commerce quotidiens. Il semble de plus en plus que la Belgique va devenir un État «1984», avec un contrôle total sur le citoyen.

Plus de commentaires

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Geeko Voir les articles de Geeko