Accueil Société

Affaire Jürgen Conings: le mode d'emploi de la lutte antiterroriste belge

La perte d’information dans le suivi de l’extrémiste potentiellement violent Jürgen Conings secoue le système antiterroriste à la belge. Trop complexe ? Trop d’acteurs ? Pas forcément… à condition de mettre de l’huile dans les rouages.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Société Temps de lecture: 5 min

Bien des enseignements seront à tirer de « l’épisode » Jürgen Conings qui secoue actuellement l’antiterrorisme en Belgique. Avec une mention particulière pour la Défense et son service de contre-espionnage, le Service général du renseignement et de la sécurité (SGRS), parce qu’il n’a pas donné suite à une information capitale. A savoir ? Comme le révélaient Le Soir et Knack mercredi, l’évaluation de niveau 3 – « grave » – sur une échelle de 4 du caporal par l’Organe de coordination pour l’analyse de la menace (Ocam) n’a pas provoqué de réaction au niveau du SGRS. Une négligence coupable.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

5 Commentaires

  • Posté par Mignon Jean, vendredi 28 mai 2021, 8:49

    Quel mode d'emploi ? Il n'y a pas de mode d'emploi. Nous ne sommes en rien protégés dans ce pays.

  • Posté par Bastin Eric, vendredi 28 mai 2021, 10:36

    400 jugements pour terrorisme entre 2015 et 2019, plus de 10 attentats déjoués ces cinq dernières années. Il y a un travail de l'ombre peu médiatisé et l'arbre (serait-il un baobab dans cette affaire !) ne doit pas cacher la forêt. Sur l'existence de plusieurs services, elle a des inconvénients en termes de transmission des informations, mais elle est aussi une garantie démocratique (pas de concentration au sein d'un seul service) et tient compte des spécificités.

  • Posté par MAKA ZOE, vendredi 28 mai 2021, 8:30

    Il faut une task force pour gérer les task forces.

  • Posté par dams jean-marie, vendredi 28 mai 2021, 8:20

    On voit ce que cela donne ! Pas étonnant alors que les terroristes se baladent et de manière générale les politiciens et décideurs de notre pays ne sont jamais responsables , ce sont les autres etc .

  • Posté par Otte Gérard, vendredi 28 mai 2021, 0:36

    Cet imbroglio d'"acteurs" qui s'"informent", "renseignent", "proposent", "examinent pour", "assistent et "informent", "rendent compte", "coordonnent et soutiennent", mais ne sont jamais RESPONSABLES ne tiendrais jamais la route dans une société privée bien gérée. C'est exactement la caricature de la gabegie qui gangrène ce qui reste de ce "pays" depuis trop longtemps.

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs