Accueil Opinions Cartes blanches

Carte blanche: l’Europe doit protéger la Cour pénale internationale

Cette lettre ouverte est signée par d’anciens hauts responsables européens en faveur de l’indépendance de la CPI, à l’occasion de sa récente décision selon laquelle elle est habilitée à enquêter sur les crimes présumés commis par les deux parties, Israéliens et Palestiniens, dans les territoires palestiniens occupés et en Israël.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 7 min

Nous nous félicitons du soutien exprimé par les dirigeants européens à l’égard de la Cour pénale internationale (CPI) et de son mandat unique consistant à faire avancer la justice à la suite de crimes de guerre, de crimes contre l’humanité et de génocide. Le soutien constant à la CPI et la promotion de sa portée universelle soulignent l’engagement sérieux de l’Europe à dissuader de telles violations et à promouvoir un ordre international fondé sur des règles, la paix et la sécurité.

Il est clair que l’Europe bénéficie depuis longtemps d’un multilatéralisme ancré dans le droit international et des institutions qui le défendent. Aujourd’hui, à une époque où l’ordre multilatéral est de plus en plus remis en question comme l’est un système judiciaire indépendant dans de nombreux coins du monde et en Europe même, préserver la légitimité et le mandat de la CPI devient un impératif.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par Patrick Yamedjeu, mardi 1 juin 2021, 13:15

    Si la CPI était vraiment indépendante, dans le cas du conflit au Proche-Orient, elle ne mettrait pas Israël et les Palestiniens sur le même pied d'égalité. On est ici dans le cas d'une occupation et pas d'une guerre entre 2 Etats. D'autres exemples sont là pour démontrer qu'elle n'est pas indépendante: On s'acharne sur les chefs d'Etats non-occidentaux (africains de préférence), on ferme les yeux sur les crimes et autres guerres illégales (Irak, Lybie, Syrie, etc...) déclenchées sur base de mensonges.

Aussi en Cartes blanches

Carte blanche La faim n’est pas une fatalité

Chaque année, la Journée mondiale de l’alimentation est une triste occasion de constater que nous sommes loin d’être « sur la bonne voie » pour éliminer la faim d’ici 2030. Les solutions ? Plus de cohérence entre nos politiques agricoles, climatiques et économiques, d’une part, et se réapproprier les systèmes alimentaires pour permettre une transition vers l’agroécologie, d’autre part.

Voir plus d'articles
La Une Le fil info Commentaires Partager

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs