Accueil Opinions

Glyphosate: interdire ou empoisonner?

Bruxelles a interdit le glyphosate sur son territoire. La Wallonie se tâte. Le fédéral ne voit pas de souci à le laisser sur le marché. L’herbicide est dans le collimateur. Mais la Belgique reste la Belgique.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Société Temps de lecture: 3 min

Osons l’expression : en matière de pesticides, l’exploration des compétences en Belgique est tout sauf… une promenade de santé. A l’Europe le soin de décider d’autoriser (ou pas) la mise sur le marché européen d’une substance active. Par exemple le glyphosate, la molécule de base qui entre dans la composition de 118 d’herbicides vendus en Belgique, dont le Roundup. A la Belgique, fédérale, d’autoriser la vente sur son propre territoire, des herbicides en question. Ceux-ci sont non seulement composés de la substance, mais aussi de dizaine de « coformulants » qui facilitent notamment la pénétration dans la plante. En principe, chaque Etat de l’Union doit réaliser des études sur les adjuvants et les formulations finales, mais notre pays n’en a pas vraiment les moyens.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

2 Commentaires

  • Posté par François DOUMONT, vendredi 20 mai 2016, 14:24

    Quelle importance la Belgique accorde-t-elle au principe de prévoyance ? Très peu semblerait-il. Je trouve l'initiative prise par la Région Bruxelloise vraiment excellente. Mais, la Belgique reste ... la Belgique ... Le ministre Willy Borsus tient certainement à s'assurer le soutien des agriculteurs mais semble oublier les consommateurs. Dommage.

  • Posté par Michel-Julien Renette, mardi 26 avril 2016, 11:04

    Il y a longtemps qu'on le sait, Belgique et absurdité sont synonymes. Alors que l'on sait le glyphosate nuisible, il reste dans les rayons. Pour celui qui n'en est pas entièrement convaincu, lisez donc attentivement les précautions de manipulation sur l'emballage du produit. Il n'y a que l'indication "vent dans le dos" qui manque et, surtout, lavez-vous les mains plusieurs fois après utilisation, même si vous avez mis des gants.

Aussi en Opinions

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs