Accueil Société

Coronavirus: Pfizer, un premier vaccin pour les ados

L’Agence européenne des médicaments a donné son feu vert à l’utilisation du vaccin Pfizer pour les 12-15 ans. La balle est maintenant dans le camp du monde politique.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Economie Temps de lecture: 4 min

L’Agence européenne des médicaments (EMA) a donné ce vendredi son feu vert à l’utilisation du vaccin de Pfizer/BioNTech pour les 12-15 ans, tout comme l’avait déjà fait son homologue américain (FDA) le 10 mai dernier. Elle l’a jugé « hautement efficace et sûr ». C’est le premier vaccin à obtenir une autorisation pour cette tranche d’âge en Europe. Jusqu’ici, son usage était limité aux plus de 16 ans.

Pour se prononcer, l’EMA s’est basée sur les résultats d’une étude clinique menée auprès de 2.260 adolescents aux États-Unis. La moitié des participants a reçu les deux doses du vaccin tandis que l’autre moitié s’est vue administrer un placebo. Au final, aucun ado vacciné n’a été contaminé alors que 16 l’ont été dans le groupe placébo. Le vaccin a donc affiché une efficacité de 100 %, plus grande que celle observée chez les adultes (95 %).

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

22 Commentaires

  • Posté par RC Peeters, samedi 29 mai 2021, 13:07

    L'efficacité du vaccin covid-19 est sérieusement à remettre en doute, pourquoi vacciner les jeunes? zéro décès en Belgique en dessous de 25 ans depuis le début de la pandémie! (Chiffres Sciensano) https://epistat.wiv-isp.be/covid/covid-19.html En utilisant uniquement les RRR (réduction du risque relatif ) et en omettant les ARR(absolute risk reduction), un biais de déclaration est introduit, ce qui affecte l'interprétation de l'efficacité du vaccin. Lors de la communication sur l'efficacité des vaccins, en particulier pour les décisions de santé publique telles que le choix du type de vaccins à acheter et à déployer, il est important de disposer d'une image complète de ce que les données montrent réellement et de s'assurer que les comparaisons sont basées sur les preuves combinées qui mettent dans le contexte et pas seulement en regardant une mesure sommaire, est également important. Ces décisions devraient être correctement éclairées par une compréhension détaillée des résultats de l'étude, nécessitant un accès à des ensembles de données complets et un examen et des analyses indépendants. Les ARR(absolute risk reduction) ont tendance à être ignorés car ils donnent une taille d'effet beaucoup moins impressionnante que les RRR(relative risk reduction) : 1,3 % pour l'AstraZeneca-Oxford, 1,2 % pour le Moderna-NIH, 1,2 % pour le J&J, 0,93 % pour le le Gamaleya, et 0,84% pour les vaccins Pfizer-BioNTech. https://www.thelancet.com/journals/lanmic/article/PIIS2666-5247(21)00069-0/fulltext

  • Posté par MAESEN Jean-Luc, samedi 29 mai 2021, 19:49

    "RC Peeters", bonsoir-bonsoir. L'utilisation du mot "sérieusement" sous votre "plume d'activiste" est particulièrement savoureuse... Mais je suis certain que vous allez nous expliciter de manière "claire, précise et approfondie" les différences fondamentales entre les calculs du "Relative Risk Reduction" (RRR) et du "Absolute Risk Reduction" (ARR aussi appelé "risk difference", "excess risk", ou "attributable risk"). Et pour quelles raisons ces deux indicateurs couramment utilisés dans les essais "contrôlés randomisés" sont différents. Il est à remarquer (votre propre référence le rappelle) que ces indicateurs ont (bien évidemment) été transmis aux autorités de santé (FDA, EMA, etc.) compétentes, qui elles, sont bien plus à même d'en effectuer une interprétation correcte que vous (ou moi par ailleurs). Quant à l'utilité d'une vaccination la plus large possible (y compris des plus jeunes), elle consiste à réduire au maximum le réservoir potentiel de reproduction du virus, ce qui devrait réduire fortement la probabilité d'émergence de "variants" supplémentaires, potentiellement plus "dangereux" ou "résistants" aux vaccins actuels. Mais bien sûr, cela vous dépasse complètement... PS: désolé pour la "réaction" un peu tardive, mais je "fus occupé", une partie de la journée, par la réception (avec grand soulagement) de la seconde dose d'un vaccin... Anti-Covid bien sûr.

  • Posté par Fizaine Grégory, samedi 29 mai 2021, 7:35

    Si seulement il y avait un grand plan comme vous dites...un grand plan pour éradiquer les cons, on ne devrait plus subir plus vos commentaires.

  • Posté par MAESEN Jean-Luc, samedi 29 mai 2021, 18:32

    Et s'il y avait vraiment un "grand plan pour éradiquer les cons", vous pensez réellement que vous y échapperiez ?

  • Posté par Hubert Wynands, samedi 29 mai 2021, 6:06

    Au secours, ils sont devenus fous. Aucunes retenues une fois qu’ils ont une montagne de fric en vue.

Plus de commentaires

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs