Accueil Belgique Politique

Georges Dallemagne (CDH): «Le port du voile, c'est aussi une revendication politique, radicale»

Georges Dallemagne (CDH) était l’invité du Grand Oral RTBF/Le Soir ce samedi 29 mai sur La Première. En tant que député à la Chambre, il s’est exprimé sur son désarroi face au port du voile dans les administrations, et plus globalement à Bruxelles.

Temps de lecture: 2 min

Pour lui, le sujet prend de l’ampleur mais on préfère l’éluder. « On ne s’attaque pas aux questions essentielles, comme l’égalité entre les femmes et les hommes, par exemple. Moi, j’entends des femmes qui sont contraintes. J’entends des mariages forcés. J’entends des débats qui, d’ailleurs, n’ont jamais lieu sur l’espace public. J’entends notamment que le salafisme et les frères musulmans se coordonnent ici sur la place de Bruxelles pour avoir des recrues supplémentaires. Selon nos services de renseignement, nous sommes la seule ville au monde où ils font cela ».

Selon ce député à la Chambre, le port du voile est bien plus qu’un simple signe d’appartenance religieuse. « Finalement, c’est ça qui nous inquiète plus, c’est que si le voile n’était que la revendication d’une affirmation ou d’une religion, il ne poserait pas de problème. En fait, à travers le voile, il y a aussi une revendication politique, radicale, qui ne veut pas de notre modèle de société, ne veut pas de nos valeurs, et les combat ».

Jürgen Conings, une menace prévisible

Georges Dallemagne s’est également exprimé sur le cas de Jürgen Conings, un militaire extrémiste en cavale et lourdement armé ayant proféré des menaces à l’encontre du virologue Marc Van Ranst. Pour lui, cela constitue une atteinte à notre sécurité que l’on aurait dû voir venir.

« A ce stade-ci en tout cas, on ne peut pas dire qu’on ne savait pas. On ne peut pas dire non plus que lorsqu’il a reçu son accréditation pour entrer dans les services secrets à l’armée, on ne savait pas qu’il faisait partie d’un groupuscule d’extrême droite. On le savait, en fait. Il fait également des entraînements à ce qui se fait appeler la légion flamande, qui est une sorte de milice privée extrémiste ».

A ce sujet, il ne peut s’empêcher d’exprimer son inquiétude, et son incompréhension. « Actuellement, je voudrais comprendre ce qui se passe au sein du SGRS. Et je m’inquiète d’avoir ce qui m’apparaît comme des défaillances graves qui concernent notre sécurité à tous. Et on peut le constater directement aujourd’hui, puisqu’il est toujours en cavale ».

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

43 Commentaires

  • Posté par Deckers Björn, samedi 29 mai 2021, 22:19

    Dans nombres de commentaires, pas forcément d'extrémisme. A l'image de Georges Dallemagne, les propos pour la plupart sont mesurés. Ce qui n'est pas souvent le cas sur ce sujet de société. Des questions surtout. Pour ma part, si j'ose dire, j'ai du mal à faire ma religion (désolé, le "bon" mot était tentant). Il s'avère que dans un premier temps, j'étais plutôt farouchement pour la liberté et donc y compris de le porter puisque c'est entendu, une partie des femmes musulmanes "veulent" le porter. Il y a plus que cela aussi. Certaines femmes musulmanes, on le sait, ne serait plus autorisées à sortir si elles étaient forcées de ne pas le porter. D'un autres côté justement, nombre de femmes ne le portent pas par choix mais par obligation familiale, politique et religieuse dans une version de l'islam portées par une courant dominant archaïque et clairement extrémiste. Ce qui pose deux questions problématiques, l'une par rapport à l'égalité femmes / hommes que nous prétendons défendre et l'autre par rapport à un extrémisme en nos murs qui n'est pas suffisamment combattus comme il devrait l'être. Car l'islam est une religion et la liberté de culte vaut pour les musulmans comme pour les pastafaristes, mais l'islamisme est un mouvement politique extrémiste qui n'a rien à envier à l'extrême droite. J'ai toujours combattus les fascismes et je suis pour le moins gênés (un peu plus que cela en vérité) d'un parti qui aimait ponctué l'internationale d'un joyeux "à bas les calotins". Car pour les musulmans comme pour les catholiques, la religion est toujours l'opium du peuple. Marx relève toi! Ils sont devenus fous!

  • Posté par deghelt Rudi, samedi 29 mai 2021, 23:16

    Encore un humoriste.

  • Posté par Roland Douhard, samedi 29 mai 2021, 14:59

    Le problème est la lecture littéraliste du Coran et des Hadiths (paroles sensées être celles du prophète), sans historicité, contextualisation et interprétation actualisée. Les imams auto-proclamés, d'ici ou ceux envoyés depuis les Etats islamistes et parachutés en Europe, sont l'autre face du même phénomène: la lecture salafiste des textes, à savoir, "comme à l'origine" - comme si le temps, la géo-politique et l'évolution culturelle des sociétés n'avaient eu aucun impact quant à l'interprétation des sourates - Ces idéologues passent leur temps à bourrer le crâne à des tas de gens, des jeunes sans repères, qui ne se sont évidemment jamais plongés dans l'étude de ces textes. Certains passages sont abscons, d'autres pacifiques et d'amour, c'est vrai, d'autres encore caractérisés par des injonctions: "(...) Lorsque tu croiseras des impies, fais-en un massacre. (...) Pour les survivants, demande une rançon". Sourate 47 sur Mahomet. On le voit bien ici, une lecture au mot à mot peut se transformer pour une personne qui ne pratique pas et ne connait pas l'exégétique en support de radicalisation islamiste. Le souci est que la masse des musulmans semble indifférente ou ignorante de l'islam des Lumières, celui qui s'inscrit et rayonne dans la continuité du Perse Avicennes (980 -1037), de l'Andalou Averroès (1126 -1037), de l'extraordinaire Mohammed Arkoun (Kabyle) (1928 - 2010), de l'Algérien Malek Chebel (1953 - 2016) et du Marocain Rachid Benzine (1971). Il y en a tant d'autres, qui professent et tendent d'expliquer sous la menace des Frères musulmans, des salafistes et des djihadistes. Depuis la fin du XIXème siècle, on a assisté à un vol de patrimoine spirituel. Et nous, les Occidentaux, tout occupés à notre prospérité, n'en avons pas fait assez pour promouvoir, aider et soutenir les héritiers de cet islam magnifique qui nous tendait les bras. En pleine symbiose avec nos valeurs démocratiques et laïques, l'islam des Lumières s'est épuisé mais notre propre indifférence ou lâcheté.

  • Posté par Vdrme Marc, samedi 29 mai 2021, 13:42

    Trop tard il fallait réagir dans les années 60

  • Posté par Dentin Jean, samedi 29 mai 2021, 12:07

    L'islam n'est pas une religion comme une autre, ce n'est pas une religion d' "amour et de paix": C'est une idéologie totalitaire qui s'appuie sur une religion. Je compare l'islam avec un type de fascisme génocidaire et discriminatoire (lire sur wiki la sourate 9, verset de l'épée). Je vois le voile islamique comme une swastika voire une faucille sur marteau. Il faut interdire les 3.

Plus de commentaires

Aussi en Politique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une