Accueil Culture Livres

Benoît Sokal au paradis perdu

Aventurier du 9e Rêve, Benoît Sokal était la patte du détective Canardo, de l’aigle Kraa, de Sanguine et du Vieil homme qui n’écrivait plus. L’auteur de bande dessinée belge fut aussi le géographe de l’Amerzone et de Syberia. Sacré aux Etats-Unis pour son art du jeu vidéo, il s’est éteint vendredi, à 66 ans.

Article réservé aux abonnés
Chef du service Culture Temps de lecture: 3 min

Sorti du nid de l’enfance pour entrer dans l’atelier du 9e Rêve de Claude Renard, à l’Institut Saint-Luc de Bruxelles, Benoît Sokal avait appris à aimer la bande dessinée à Pepperland, rue de Namur. Tania Vandesande avait ouvert là, la première libraire de bande dessinée de Bruxelles, en 1970.

Sept ans plus tard, quand Benoît aurait son diplôme en poche, Tania publierait les premières enquêtes de Canardo. Vingt-cinq albums grinçants de ce canard détective tabagique et alcoolique sont parus depuis, traduits en dix langues et entrés dans le dictionnaire mondial de la bande dessinée.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Livres

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs