Accueil Culture Musiques

Au Reine Elisabeth ce samedi, Jonathan Fournel

Le candidat français, 27 ans, a choisi le Concerto nº 2 de Brahms.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Culture Temps de lecture: 2 min

Né le 2 octobre 1993 à Sarrebourg, Jonathan Fournel a étudié à la Hochschule für Musik de Saarbrücken (avec Robert Leonardy), puis au CNSM de Paris dans les classes de Bruno Rigutto, Brigitte Engerer, Claire Désert et Michel Dalberto. Depuis 2016, il se perfectionne avec Louis Lortie et Avo Kouyoumdjian à la Chapelle Musicale.

En 2013, il remporte les 1ers prix au Concorso Gian Battista Viotti (Vercelli, Italie) et à la Scottish International Piano Competition (Glasgow). En 2017, il est nommé révélation classique de l’Adami.

Parmi ses collaborations, l’Orchestre National de Lorraine, l’Orchestre de la Radio-Télévision de Zagreb, le Jiangsu Symphony Orchestra, l’Orchestre Royal de Chambre de Wallonie, le Dubrovnik ou encore le Royal Scottish National Orchestra, sous la direction de chefs tels que Frank Braley, Jonathon Heyward ou Gergely Madaras.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

2 Commentaires

  • Posté par DORE MI, dimanche 30 mai 2021, 9:46

    Et il a convaincu le jury-justifié

  • Posté par DORE MI, samedi 29 mai 2021, 21:37

    Voilà un Brahms PC n°2 un peu plus agréable à entendre. A part la main gauche parfois silencieuse-c'est un défaut que je trouve dans presque tous les candidats. Interprétation cartésienne et soutenue dans presque l'entièreté de l'oeuvre.A part quelques brusques ralentissements dans le mouvement lent. Je préfère cette version à celle de mardi(Sakata-trop mielleuse et vite oubliée. Résultat selon moi: Première place entre Jonathan(Brahms n°2) pour sa fougue,son lyrisme tempéré et Staikov(tchaikovsky) pour sa clareté tout au long du concerto.Sa main gauche était audible-le seul des six candidats. Deuxième place pour celui des deux pas élu. Les quatre autres méritent tous une même troisième place . Espérons que dans quatre ans on entendra autre chose. Concerto de Scriabine ou de Mendelsohn?

Aussi en Musiques

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs