Accueil Monde Europe

Italie: l’inexorable montée en puissance de la souverainiste Giorgia Meloni

La leader du parti de la droite radicale, Fratelli d’Italia, concurrence désormais directement son allié de la Ligue, Matteo Salvini

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 4 min

Ce qui aurait dû être sa traversée du désert s’est transformé en une irrésistible ascension.

Giorgia Meloni, présidente du parti de la droite souverainiste Fratelli d’Italia (FdI), ne cesse de monter dans les sondages d’opinion. Selon une enquête publiée ce samedi par le Corriere della Sera , FdI a officiellement rejoint son grand rival du centre-gauche, le Parti démocrate (PD). En deuxième position (avec 19,4 % des préférences), juste derrière la Ligue de Matteo Salvini (22,4 %), qui reste la première formation politique de la Péninsule, Giorgia Meloni savoure enfin pleinement un avant-goût de victoire.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

5 Commentaires

  • Posté par CLAUDINE SOHIER -STUAERT , lundi 31 mai 2021, 11:24

    Que l'extrême droite italienne se divise, c'est très bien !

  • Posté par Meersman Olivier, mardi 1 juin 2021, 8:19

    Pas sur, le parti le moins radical des deux réussira à faire venir les plus à droite de la droite traditionnelle. Par la suite ils représenteront une vraie force avec un vrai poids au niveau électoral.

  • Posté par du Coche LaMouche, dimanche 30 mai 2021, 18:58

    Bravo pour le choix de la photo ! A peine engagé ! Comment croire encore en la neutralité des media ? C'est là que la méfiance et le complotisme prennent leur source...

  • Posté par Zanzi Mauro, lundi 31 mai 2021, 12:36

    @Coche LaMouche, j’ai eu la même pensée : la neutralité des médias est une blague. Ceux qui ne sont pas alignés aux dogmatismes politiquement corrects sont toujours présentés comme des dangereux extrémistes de droite. Cela me fait éclater de rire, vu la misère dans laquelle les politiques « progressistes » des dernières décennies nous ont réduits. De plus, je connais bien l’Italie et je peux vous dire que les seuls parties qui peuvent être définis « d’extrême droite » n’atteignent pas 1% des voix au niveau national (il s’agit de Forza Nuova et Casa Pound): sans importance

  • Posté par Coppens Jean-pierre , lundi 31 mai 2021, 9:21

    Mais dans la réalité, elle est toujours comme ça ! Elle est nourrie aux penne all’arrabiata.

Aussi en Europe

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs