Accueil Belgique

Analyse: David Clarinval, plus bleu que bleu

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 1 min

Un David Clarinval bien bleu avant le Comité de concertation, ce n’est pas étonnant. Le même qui, dans la foulée, recadre le programme du gouvernement en termes socio-économiques, boxant les organisations syndicales et la ministre socialiste des Pensions, là, c’est le bonus. En l’occurrence, le libéral-réformateur trace deux « lignes rouges », comme il les appelle pour bien se faire comprendre en face : on ne touche pas aux pensions complémentaires, on ne touche pas non plus au mécanisme « zéro cotisations sociales » pour le premier emploi. Les organisations syndicales, énervées déjà après avoir très peu récolté dans la négociation ayant trait aux salaires (la fameuse marge maximale de 0,4 %), y verront comme une provocation. La ministre socialiste des Pensions, Karine Lalieux, qui promet une belle grande réforme dans son domaine pour le mois de septembre, y verra, elle, la volonté dans le camp libéral de baliser sérieusement son ambition – ce qui était prévisible mais paraît clair maintenant.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Belgique

Voir plus d'articles
La Une Le fil info Commentaires Partager

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs