Accueil Société Enseignement

Pour le lobby laïque, deux heures de philosophie, ce serait le minimum

Le parlement de la Communauté française réunit à nouveau cette semaine son groupe de travail chargé de réfléchir à l’avenir des cours philosophiques à l’école. Faut-il plus de philosophie et citoyenneté au détriment des cours de religion ou de morale ? Le monde laïque milite dans ce sens.

Article réservé aux abonnés
Chef du service Société Temps de lecture: 7 min

Le gouvernement s’engage à charger un groupe de travail spécifique d’examiner l’extension à deux heures de l’éducation à la philosophie et à la citoyenneté pour l’ensemble des élèves de l’enseignement obligatoire. » C’est écrit noir sur blanc dans la Déclaration de politique communautaire de l’exécutif francophone PS-MR-Ecolo du 19 septembre 2019. Noir sur blanc… ne veut pas dire que tout est plié pour les historiques cours de morale ou de religion. Il n’est pas dit, par exemple, que ces derniers seront supprimés. Il n’est rien dit de l’obligation constitutionnelle sur le sujet. Rien, non plus, sur la manière dont le libre sera concerné. En fait, la déclaration de politique communautaire a promis de lancer un débat, mais elle ne dit pas quand, comment et avec quels moyens elle aboutira. C’est la tâche du groupe de travail, qui reprend ses travaux cette semaine, des travaux estampillés du sceau du huis clos.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

16 Commentaires

  • Posté par Roland Douhard, lundi 22 novembre 2021, 15:45

    S'il vous plaît, ne réduisez pas un cours de philosophie au "lobby laïque"; ce serait rendre un très mauvais service à une discipline du questionnement qui transcende toutes les convictions, des croyants, des agnostiques et des athées. Le mot laïque a été en Belgique malheureusement rattaché à un mouvement, bien évidemment légitime, mais composé quasi exclusivement de matérialistes, donc incroyants, bien souvent militants de la cause intransigeants; s'affichant ainsi comme appartenant à une chapelle parmi d'autres ... La coexistence de conseillers laïques du CAL aux cotés des officiers des cultes en est la démonstration, de même que l'offre de couloirs parallèles entre le cours de morale dit laïque et les religions dans l'enseignement officiel. Cette organisation partisane s'exerça au détriment d'une formation exigeante et passionnante à la pensée. Cette forme de confiscation, due aux circonstances particulières du Pacte scolaire, a fait beaucoup de tort aux valeurs laïques elles-mêmes. Car, en réalité, si l'on accepte de sortir de la guerre de tranchées, chacun et chacune peut être laïque, dès lors, comme en France, qu'il respecte l'autonomie de la pensée, l'égalité entre les tous les êtres humains et la séparation entre les cultes et l'Etat. Le rapport à Dieu, présent pour les uns, sans connaissance pour d'autres ou totalement absent pour d'autres encore, n'est pas un problème pour une véritable laïcité, qui n'a aucun problème à reconnaitre la dimension spirituelle de la condition humaine. Un vrai cours de philosophie fera le plus grand bien à nos enfants et adolescents.

  • Posté par Staquet Jean-Marie, lundi 22 novembre 2021, 15:29

    Un lobby laïque? J’ai bien lu? Il y a des lobbys en Belgique?

  • Posté par Mangon Jules, mardi 1 juin 2021, 14:24

    L'enseignement des religions dans les écoles officielles ne devrait pas être confessionnel mais un enseignement de la culture et du fait religieux.

  • Posté par Coulon Fabien, mardi 1 juin 2021, 13:01

    Supprimons la moitié des heures de cours par semaine. Laissond les enfants jouer dehors, faire du sport, utiliser leurs mains et se sentir utiles... l'enseignement est sclérosé dans ses carcans d3puis le moyen-âge. La Finlande l'a fait il y a de cela des décennies, résultats: 1er aux test Pisa, Ecoles publiques meilleures que les privées et beaucoup moins de harcèlement scolaire( 1 enfant sur 3 en Wallonie, sans compter les bourreaux). Mais ne changeons rien à un système qui ne fait que reproduire voire accentuer les inégalités. Ah mais j'oubliais: comment feraient les parents à devoir s'occuper eux-mêmes de leurs enfants... ?

  • Posté par Albin S. Carré, mardi 1 juin 2021, 12:39

    Eh, chef du service société, tu écrire aussi en françois? Bientôt abonnement fini et basta le swaar.

Plus de commentaires

Aussi en Enseignement

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs