Le Japon officialise un projet de recherche avec TSMC

Le coût de ce projet doit associer le géant Taiwan Semiconductor Manufacturing Company (TSMC) à une vingtaine d'entreprises nippones. Il est chiffré à 37 milliards de yens (304 millions de francs), dont le gouvernement japonais prendra en charge un peu plus de la moitié, selon un communiqué du ministère nippon de l'économie, du commerce et de l'industrie (METI).

Les recherches doivent concerner notamment la technique dite d'assemblage en 3D des puces, permettant d'en augmenter la densité sans accroître la taille des composants.

En installant sur son sol un tel centre de recherche, le Japon cherche à améliorer sa compétitivité dans un domaine devenu incontournable. Plusieurs secteurs, comme l'automobile, font face à une pénurie de puces électroniques, encore exacerbée par des intempéries hivernales en Amérique du Nord et l'incendie d'une usine au Japon en mars.

Ces composants sont aussi utilisés dans la fabrication des écrans d'ordinateurs, des téléviseurs, des smartphones, des tablettes ou des consoles de jeux vidéo, dont la demande a explosé depuis un an.

Les recherches auront lieu à l'institut national des sciences et technologies industrielles avancées de Tsukuba, près de Tokyo, où la construction d'installations dédiées aux essais doit commencer cet été pour un début des recherches programmé dès 2022.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous