Accueil Culture

Feed the culture, où la crise se matérialise dans les ventres vides

Feed the culture organise, tous les samedis, une distribution de nourriture gratuite pour les travailleurs précarisés de la culture. Reportage dans cette épicerie solidaire qui donne corps aux effets de la crise sur un secteur où de plus en plus de gens arrêtent silencieusement leur métier.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 5 min

Qui va aux frigos ? Qui prend les légumes ? » En ce samedi matin, Pauline Duclaud-Lacoste déploie promptement ses bénévoles dans les locaux de Feed the culture, à Forest, quelques minutes avant d’accueillir les premiers bénéficiaires, qui font la file, dehors, impatients de remplir leur sac à dos ou chariot à roulettes. Etagères remplies de pains, congélateurs gorgés de viande ou de poisson, cageots débordant de pommes et de salades : on pourrait se croire dans une coopérative bobo, comme il en fleurit partout, sauf que cette épicerie-là ne s’ouvre pas tout à fait au même public.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Culture

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs