Accueil Société

Interdire l’usage des robots tueurs est devenu une urgence

Pour la première fois, un robot a décidé seul de s’en prendre à une cible humaine. De très nombreux pays, dont la Belgique, veulent bloquer leur utilisation mais pas les Etats-Unis, la Russie ou Israël.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Société Temps de lecture: 5 min

C’est une première et elle inquiète. Divulgué par la revue New Scientist, ce lundi, un rapport de 500 pages de l’Onu sur la situation en Libye, publié le 8 mars dernier, révèle qu’un an plus tôt, un drone kamikaze Kargu-2, fabriqué par la société turque STM, aurait ciblé des humains sans qu’aucun ordre ne lui ait été donné en ce sens. Utilisé par le gouvernement d’union nationale libyen, le drone autonome a visé des soldats du maréchal Haftar, chef de l’autoproclamée armée nationale libyenne, lors de combats entre les deux parties, détaille le rapport onusien. Un drone armé a « pris en chasse une cible humaine » alors en train de battre en retraite, sans la moindre communication électronique avec les forces libyennes, assure le rapport qui ne précise pas si un combattant visé par la machine a été blessé ou tué.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

4 Commentaires

  • Posté par Bassem Philippe, mardi 1 juin 2021, 18:38

    si tu te sent fort, tu es toujours prêt à en profiter au détriment des autres...

  • Posté par Albin S. Carré, mardi 1 juin 2021, 18:26

    Tous les régimes des pays voyous qui constituent la raclure de l'humanité, adorent ça!

  • Posté par G Jean Luc, mardi 1 juin 2021, 18:24

    Etats-Unis, la Russie et Israël, 3 états belliqueux sont pour les robots tueurs, étonnant :-0 (mais surement uniquement pour 'défendre' leurs nations)

  • Posté par hoyois yves, mardi 1 juin 2021, 17:43

    il faut les équiper de dashCam, au moins !!!

Aussi en Société

Vrai ou faux: les chiffres de Sciensano sont-ils pollués par des patients qui ne sont pas malades du covid?

Plutôt vrai. Si les admissions à l’hôpital ne recensent que des patients qui souffrent du covid, le nombre total de lits occupés dans les unités covid des hôpitaux belges inclut une partie de malades positifs au virus, mais admis pour une autre raison. Un phénomène que Sciensano ne peut pas chiffrer, mais qui n’est pas anecdotique vu la forte circulation d’omicron en ce moment.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs