Accueil Culture Scènes

«Mon fils, ce démon» aux racines ordinaires de la haine

La Cie des Nouveaux Disparus retrace le parcours de deux parents accusés d’avoir élevé un monstre, auteur d’un attentat terroriste. Le sujet pourrait être clivant mais s’avère sobrement humain.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 4 min

Q u’est-ce que j’ai fait ? Qu’est-ce que je n’ai pas fait ?  » Dans ce qui ressemble à une salle d’attente – métaphore de leur vie désormais suspendue à des réponses qu’ils n’auront jamais –, Seloua et Saïd ressassent les vingt dernières années, aspirant à y trouver des indices pour expliquer l’acte monstrueux de leur fils, auteur d’un attentat terroriste qui a fait 19 morts et 342 blessés. «  Je voudrais être amnésique, ne plus avoir ni souffrance ni espoir », soupire le père. « Ma vie n’est plus la mienne  »,

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Scènes

Emilie Guillaume se raconte dans «Kung-Fu»

D’habitude, elle préfère l’ombre, chorégraphiant les combats de scène du répertoire classique. Mais cette fois, dans « Kung-Fu », Emilie Guillaume se pose dans la lumière pour raconter son parcours, une histoire d’émancipation qui cogne, au nunchaku, dans le sexisme, la bêtise, la peur.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs