Accueil Société

Coronavirus: une hausse des infarctus due à la pandémie

La pandémie a eu de nombreux effets indirects, notamment une hausse des infarctus en dehors de l’hôpital, ainsi qu’une diminution de moitié des diagnostics de problèmes cardiaques.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Société Temps de lecture: 3 min

À l’occasion de la Semaine du rythme cardiaque, la Belgian Heart Rhythm Association (Behra) revient sur les effets indirects de plus d’une année d’épidémie de covid dans le domaine de la cardiologie. Premier constat : une hausse des arrêts cardiaques extra-hospitaliers, pour lesquels l’association rappelle que les chances de survie diminuent de 10 % à chaque minute passée sans massage cardiaque ou défibrillation/choc électrique externe. « Un infarctus, c’est une artère nourricière du cœur qui se bouche. Si on intervient très rapidement, dans les premières dizaines de minutes, les dégâts sont limités. Plus le temps passe, plus le risque d’arrêt cardiaque est grand », souligne le président de la Behra, Ivan Blankoff.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par Keyser Soze ., mercredi 2 juin 2021, 10:05

    Les dégâts plus importants que les bénéfices des mesures sanitaires. Et ce ne vient que démarrer. Merci ADC, MVR et consorts.

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs