Accueil Société

Suicide d’une fille de 14 ans après un viol: les deux majeurs suspectés restent en détention

Dans cette affaire, trois autres agresseurs présumés sont mineurs.

Temps de lecture: 1 min

Les deux suspects majeurs soupçonnés du viol d’une adolescente de 14 ans, qui s’est suicidée quatre jours après les faits, sont maintenus en détention, a décidé mercredi la chambre du conseil de Gand.

Les deux hommes, âgés de 18 et 19 ans, étaient absents à l’audience en raison d’une mise en quarantaine liée aux mesures de lutte contre la pandémie de coronavirus.

Dans cette affaire, trois autres agresseurs présumés sont mineurs. L’un a été placé au centre fédéral fermé pour jeunes « De Grubbe » à Everberg, tandis que les deux autres ont intégré une institution judiciaire pour mineurs à Wingene. Selon le quotidien Het Nieuwsblad, il s’agit de deux frères âgés de 14 et 16 ans, qui ont été placés pour respectivement un et trois mois.

Toute personne ayant des idées suicidaires peut contacter la ligne d’écoute du Centre de Prévention du Suicide au 0800 32 123 (elle est anonyme, gratuite et disponible 24h/24). Plus d’infos sur www.preventionsuicide.be.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

4 Commentaires

  • Posté par massacry olivier, mercredi 2 juin 2021, 22:34

    Dans cette horreur, une autre s'ajoute, la non reaction des visionneurs-voyeurs-violeursparprocurations de la vidéo de ce crime.

  • Posté par Jean Luc, mercredi 2 juin 2021, 16:54

    A cinq pour violer une fille de 14 ans. Cinq ordures qui ne font pas partie du genre humain. Cinq lâches qu'on devrait livrer aux bons soins de quelques pères musclés et consciencieux.

  • Posté par Robin Agnès, mercredi 2 juin 2021, 17:34

    Cà, ce n'est pas la justice, mais du lynchage. Les violeurs présumés doivent être jugés et punis selon la loi, sinon, n'importe qui pourrait se faire justice lui-même.

Plus de commentaires

Aussi en Société

Grand format Agressions sexuelles: une lame de fond partie du cimetière d’Ixelles

En dix jours, deux bars ixellois ont été visés par des dizaines de témoignages de femmes, relatifs à des cas d’agressions sexuelles. Dans le sillage de ces récits, d’autres sont venus mettre en perspective une problématique qui dépasse de loin le quartier étudiant (et plus largement Bruxelles), mettant le monde de la nuit face à ses responsabilités.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Geeko Voir les articles de Geeko