Accueil Société

Affaire Jürgen Conings: une procédure de suppression d’emploi a été entamée à l’encontre du militaire

Alors que Jürgen Conings est toujours en fuite et qu’il demeure activement recherché, Ludivine Dedonder, ministre de tutelle, a annoncé que la Défense avait entamé une procédure de suppression d’emploi à l’encontre du militaire d’extrême droite.

Temps de lecture: 2 min

La Défense a entamé une procédure de suppression d’emploi à l’encontre de Jürgen Conings, a indiqué mercredi la ministre de la Défense, Ludivine Dedonder (PS), en commission de la Chambre. Le militaire armé en fuite et activement recherché depuis le 17 mai est déclaré officiellement absent depuis le 19 mai et son salaire n’est plus payé à compter de cette date.

La ministre n’a pas donné de détail sur les enquêtes du Comité R et de l’Inspection générale de la Défense toujours en cours. Un rappel inattendu de la fonction exercée précédemment par l’Inspecteur général, Peter Devogelaere, est venu du député Denis Ducarme (MR). Le général-major a été chef de cabinet des prédécesseurs de Mme Dedonder, Didier Reynders et Philippe Goffin, tous deux MR. « Je ne veux pas que quiconque projette la moindre ombre sur l’enquête produite. (M. Devogelaere) va mener une enquête sur une période où il était aux côtés des ministres responsables », a souligné M. Ducarme.

Le Vlaams Belang pointé du doigt

Le ton est monté entre le PS et le Vlaams Belang. Il est apparu mardi que Jürgen Conings a été membre du parti d’extrême droite l’an passé, ce qu’a rappelé le député socialiste Christophe Lacroix en s’adressant au VB. Le parti flamand s’inquiétait de la répartition entre francophones et néerlandophones des 12 militaires qui font aujourd’hui l’objet de mesures préventives en raison de leurs sympathies pour des mouvements extrémistes violents.

« Comme s’il y avait une volonté dans le chef du SGRS de classer la dangerosité des personnes en fonction de la langue qu’ils parlent. Où cela va-t-il s’arrêter ? », a lancé M. Lacroix. Et d’ajouter : « La responsabilité politique est avant tout dans le chef du Vlaams Belang et de son président. Et si une démission doit avoir lieu, c’est celle de son président ».

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

10 Commentaires

  • Posté par Corbiaux Thierry, mercredi 2 juin 2021, 21:07

    Ils l'ont viré pour nommé quelqu'un d'autre de leur clan. il est de toute façon loin à mon avis

  • Posté par Moriaux Raymond, mercredi 2 juin 2021, 18:58

    Il est au moins "en arrière de rejoindre", si pas carrément déserteur. Ou alors ces concepts n'existeraient-ils plus ?

  • Posté par DANIELS Pascal, mercredi 2 juin 2021, 16:59

    Jürgen Conings a surtout, en adhérant au Vlaams Belang et à sa volonté écrite de travailler à la fin de l'Etat belge, commis une violation de son serment (cette personne, en tant que militaire et fonctionnaire n'a-t-il pas dû prêter serment de fidélité au roi, à la constitution et aux lois du peuple belge?) et est donc, de facto, en rupture de contrat? Ceci serait alors une faute grave, avec toutes les conséquences de perte d'emploi inhérentes.

  • Posté par Moriaux Raymond, mercredi 2 juin 2021, 19:01

    @ Daniels. Toute petite correction : si on prête en effet serment de fidélité au Roi, on OBEIT à la Constitution et aux lois du Peuple belge. Et surtout pas l'inverse, évidement.

  • Posté par RC Peeters, mercredi 2 juin 2021, 15:27

    Il est bon pour la légion étrangère maintenant!

Plus de commentaires

Aussi en Société

Grand format Agressions sexuelles: une lame de fond partie du cimetière d’Ixelles

En dix jours, deux bars ixellois ont été visés par des dizaines de témoignages de femmes, relatifs à des cas d’agressions sexuelles. Dans le sillage de ces récits, d’autres sont venus mettre en perspective une problématique qui dépasse de loin le quartier étudiant (et plus largement Bruxelles), mettant le monde de la nuit face à ses responsabilités.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Geeko Voir les articles de Geeko