Affaire Jürgen Conings: une procédure de suppression d’emploi a été entamée à l’encontre du militaire

Au sein de la Défense, une procédure de suppression d’emploi a été entamée à l’encontre de Jürgen Conings.
Au sein de la Défense, une procédure de suppression d’emploi a été entamée à l’encontre de Jürgen Conings. - Capture d’écran du site de la police fédérale.

La Défense a entamé une procédure de suppression d’emploi à l’encontre de Jürgen Conings, a indiqué mercredi la ministre de la Défense, Ludivine Dedonder (PS), en commission de la Chambre. Le militaire armé en fuite et activement recherché depuis le 17 mai est déclaré officiellement absent depuis le 19 mai et son salaire n’est plus payé à compter de cette date.

La ministre n’a pas donné de détail sur les enquêtes du Comité R et de l’Inspection générale de la Défense toujours en cours. Un rappel inattendu de la fonction exercée précédemment par l’Inspecteur général, Peter Devogelaere, est venu du député Denis Ducarme (MR). Le général-major a été chef de cabinet des prédécesseurs de Mme Dedonder, Didier Reynders et Philippe Goffin, tous deux MR. « Je ne veux pas que quiconque projette la moindre ombre sur l’enquête produite. (M. Devogelaere) va mener une enquête sur une période où il était aux côtés des ministres responsables », a souligné M. Ducarme.

Le Vlaams Belang pointé du doigt

Le ton est monté entre le PS et le Vlaams Belang. Il est apparu mardi que Jürgen Conings a été membre du parti d’extrême droite l’an passé, ce qu’a rappelé le député socialiste Christophe Lacroix en s’adressant au VB. Le parti flamand s’inquiétait de la répartition entre francophones et néerlandophones des 12 militaires qui font aujourd’hui l’objet de mesures préventives en raison de leurs sympathies pour des mouvements extrémistes violents.

« Comme s’il y avait une volonté dans le chef du SGRS de classer la dangerosité des personnes en fonction de la langue qu’ils parlent. Où cela va-t-il s’arrêter ? », a lancé M. Lacroix. Et d’ajouter : « La responsabilité politique est avant tout dans le chef du Vlaams Belang et de son président. Et si une démission doit avoir lieu, c’est celle de son président ».

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous