Accueil Société

Coronavirus: l’alpha de l’omega des nouveaux variants

L’OMS a décidé de rebaptiser les variants préoccupants ou d’intérêt avec les lettres de l’alphabet grec. Si le but est d’éviter la stigmatisation des pays où ces variants ont été détectés la première fois, pas sûr que le grand public n’y perde pas son latin.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Société Temps de lecture: 3 min

Ne dites plus variant « anglais », mais « alpha ». Idem pour le sud-africain : préférez « beta ». Le brésilien : « gamma ». Ou l’indien : « delta ». C’est du moins ce que souhaite l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) qui a encouragé les médias et le grand public à utiliser ces nouvelles appellations, présentées comme plus simples, mais surtout moins stigmatisantes pour les pays où ces variants ont été détectés pour la première fois. L’OMS souligne toutefois qu’elles ne remplacent pas les noms scientifiques faits de chiffres et de lettres qui désignent les modifications apparues sur les lignées – à titre d’exemple, le variant britannique (ou alpha) est officiellement appelé B.1.1.7.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs