Accueil Opinions Cartes blanches

Carte blanche sur «l’affaire Conings»: il ne faut pas fusionner mais renforcer les renseignements

Fusionner le service de renseignement militaire (SGRS) et de la Sûreté de l’État (VSSE), comme le proposent plusieurs parlementaires, n’est pas une bonne démarche. Ce que l’affaire Conings a démontré, ce n’est pas tant la défaillance des services de renseignement que leur manque structurel de moyens.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 5 min

Jürgen Conings reste introuvable, après deux semaines de cavale. Membre de la mouvance d’extrême droite, entraîné, armé et apparemment déterminé à passer à l’acte, il constitue une menace sévère et imminente. Plus largement, les soutiens dont bénéficie le militaire sont aussi une source d’inquiétude réelle. On pourrait craindre par exemple un phénomène d’émulation chez certains groupuscules ou individus isolés.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Cartes blanches

Carte blanche Quand les juges se déshonorent

C’est en agissant en serviteurs dociles des politiciens qui les ont nommés, que les juges qui ont voté la révocation du droit à l’avortement aux Etats-Unis ont trahi le respect dû aux individus qu’ils sont censés protéger.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs