Accueil Monde Union européenne

Union européenne: cinq ans d’acharnement pour une transparence fiscale pays par pays

Les institutions européennes se sont entendues mardi soir pour obliger les grandes entreprises à rendre publics leur chiffre d’affaires, leur bénéfice, impôts payés… pour chaque pays où elles ont des activités. Il aura fallu cinq ans.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Monde Temps de lecture: 6 min

En 2014, quelques jours après l’entrée en fonction de la Commission européenne, son nouveau président, Jean-Claude Juncker, est mis en difficulté. Le scandale Luxleaks met à nu les accords fiscaux passés entre son pays, le Luxembourg, et les multinationales qui ont pu dans la manœuvre réduire leur ardoise à néant. Quelques semaines plus tard, lors d’un débat au Parlement européen, l’élu belge Philippe Lamberts (Ecolo) conseille à la Commission de répondre à la controverse en obligeant les entreprises à publier, ventilées pour chaque pays où elles ont une activité, un certain nombre de données : chiffre d’affaires, perte ou bénéfice, impôts payés, nombre d’employés… « Je lui ai dit que c’était un moyen simple de mettre les multinationales sous pression », se souvient-il. Et pour cause, alors que les pays européens ont un veto sur chaque texte fiscal, introduire ce “reporting pays par pays” permettrait de contourner les contraintes du giron fiscal, puisqu’il s’agit davantage de normes comptables.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par Byloos Dominique, jeudi 3 juin 2021, 7:58

    Le medef qui rédige la position française montre bien l'influence disproportionnée des entreprises sur les politiciens français. En Belgique, cette forte influence existe aussi. C'était impressionnant sous le gouvernement Michel. Les idées de la FEB étaient les idées du gouvernement. Dommage qu'il n'existe pas un lobby social suffisamment puissant.

Aussi en Union Européenne

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs