Accueil Société

Port de signes convictionnels: Rudi Vervoort temporise, DéFI menace de claquer la porte du gouvernement

Le président de DéFI, François De Smet, a indiqué que son parti reconsidérerait sa participation au gouvernement bruxellois s’il n’y a pas d’impulsion politique contre la décision du comité de gestion de la Stib de ne pas aller en appel de sa condamnation pour discrimination.

Temps de lecture: 3 min

Officiellement, le point n’est pas à l’ordre du jour du gouvernement bruxellois ; en pratique, ce sera sans doute celui qui sera le plus (longuement) débattu ce jeudi matin : la Stib va-t-elle faire appel de la décision du tribunal du travail la condamnant pour discrimination à l’embauche ? Pour rappel, le comité de gestion de la Société de transports a décidé que non, seul l’exécutif régional peut encore, dans les vingt jours, inverser cette décision…

Le ministre-président bruxellois Rudi Vervoort (PS) était l’invité de la Première ce jeudi matin et fait le point. Il se serait volontiers passé d’hériter de ce cadeau empoisonné, sa majorité étant nettement divisée sur le sujet. « Je pense qu’on doit d’abord considérer que si cette question n’a pas été dans l’accord de majorité ce n’est pas par distraction, il faut le rappeler à ceux qui voudraient que le gouvernement se positionne », pointe-t-il.

La solution privilégiée par Rudi Vervoort : le parlement. « Je plaide pour mener ce débat au parlement, quitte à arriver à une ordonnance cadre qui puisse servir de guide à l’ensemble des autorités », explique-t-il.

Cependant, un consensus politique risque d’être difficile à trouver selon lui. Et pour son propre parti, « le PS est en réflexion ».

DéFI met en garde

Le président de DéFI, François De Smet, a indiqué jeudi matin au micro de Bel RTL que son parti reconsidérerait sa participation au gouvernement bruxellois s’il n’y a pas d’impulsion politique contre la décision du comité de gestion de la Stib de ne pas aller en appel de sa condamnation pour discrimination. La question des signes convictionnels (la plaignante qui a obtenu gain de cause au tribunal du travail affirme avoir été discriminée à l’embauche pour son port du voile, entre autres) dans les services publics menace donc bien la majorité associant à Bruxelles les Verts, les socialistes, DéFI et les libéraux flamands.

«Ce sont les administrateurs PS, Groen et Ecolo qui ont imposé de ne pas aller en appel», déplore François De Smet sur Bel RTL. Une décision «qui objectivement tient difficilement la route» quand on voit par exemple l’avis de l’avocat Marc Uyttendaele qui expose que l’arrêt est «mal construit et assimile toute politique de neutralité, quelle qu’elle soit, à de la discrimination», explique le président de DéFI. «Si nous n’arrivons pas à un accord (au sein du gouvernement, NDLR) à un moment, et si on a l’impression que le principe de neutralité des services de l’État n’est pas au rendez-vous, nous risquons d’avoir un problème de gouvernement, nous devrons réévaluer notre participation.»

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

64 Commentaires

  • Posté par Albin S. Carré, jeudi 3 juin 2021, 15:42

    Aux belges de toutes origines de se souvenir, au moment d'aller voter, des partis responsables de notre prochain jumelage voire fusion avec Islamabad!

  • Posté par STORDIAU Pierre, jeudi 3 juin 2021, 15:04

    Que Ecolo-Groen s'engouffre dans la brèche du "communautarisme" plutôt que de s'occuper à soi-disant « sauver la planète » ... est déjà en soit une surprise qui ne pourrait qu'être "électoraliste"; soit. MAIS que la GAUCHE Belge; à l'orthodoxie Marxiste ; à l'anti cléricalisme ayant fait tomber "soutanes et crucifix" de nos prétoires et écoles depuis des lustres ; au principe "sacro-saint" du LIBREX et aux cris de « à bas la calotte » ! ; Que cette Gauche là, puisse ainsi DEFROQUER en place publique - toute honte bue - en plébiscitant ledit "port du voile" dans le service public ... est, à ce point incompréhensible ... que j'en plaiderai pour une sénilité des ukases dirigeantes … à moins qu’il ne s’agisse d’un gambit calculé, suite à la surenchère du concurrent PTB !?

  • Posté par Malé Bertrand, jeudi 3 juin 2021, 14:23

    Je remarque que nombre de commentaires sont relatifs au port du voile uniquement. Or, le débat a seulement pour objet le port de tous signes convictionnels, qu'ils soient religieux (voile, croix, kippa...etc...) politiques (symboles, logos...) ou autres, et ce uniquement pour l'exercice d'un emploi dans la Fonction Publique. Et rien d'autre.

  • Posté par STORDIAU Pierre, jeudi 3 juin 2021, 14:06

    D'abord; "Neutralité inclusive" ou "laïcité inclusive" est un non sens étymologique car ça équivaudrait a coller un mot ... avec son antonyme ! Nouveau belgicisme écolo-groen-PS ? Ensuite et au vu de l'amateurisme du juge du travail ... pourquoi ne pas laisser aux vrais juges professionnels d'Appel faire une vraie ANALYSE de fond ? Qui a PEUR de l'appel ... sinon les tricheurs ! In fine; A l'émission QR de Sacha Daout d'hier soir ... à la question "Faut-il autoriser le port des signes convictionnels dans la fonction publique" : le NON l'a emporté à 76,53% de voix des citoyens sondés ! Pourquoi donc cette poignée d'idéologues s'acharnent-ils a nous faire avaler cette potion anticonstitutionnelle et antidémocratique ?

  • Posté par De Pauwer Agathe, jeudi 3 juin 2021, 13:45

    C'est absurde. La Constitution et les divers textes signés par la Belgique ne permettent pas de discriminer une religion, et donc non plus privilégier une religion (ou l'absence de religion). Mais rien ne définit une religion : Jedi ? pastafarien ? raélien ? La Belgique est déjà en tort de ne 'reconnaitre' que certaines et pas d'autres. Par conséquent, défendre un droit à porter un vêtement parce que religieux ne tient pas la route : il faudrait définir légalement quels vêtements sont religieux, ce qui est impossible en droit europêen. On n'a que deux options : autoriser TOUS les vêtements et signes, ou bien admettre des règlements qui déterminent ce qui est admis ou non. Cela veut dire aussi autoriser les croix gammées, les fasci, les uniformes boches, et tous les discours (rappelons que les versets judéo-chrétiens et les sourates mahométanes sont en grande partie condamnables selon nos lois antihaine et antiracisme). — La loi interdit de se déguiser. Elle interdit de se masquer le visage (et puis elle nous oblige en même temps, preuve que ce port du masque est une mascarade). Si ce jugement "stib" fait jurisprudence, alors on a automatiquement le droit de s'habiller ou se déshabiller comme on veut, dans la rue ou au boulot, puisque le juge ne précise pas CE qui est religieux ou non. Or, la police vous arrête si vous êtes torse nu ; montrer ses cuisses est autorisé pour les femmes mais 'outrage à la pudeur' pour un homme : discrimination ? Et quoi ? on laisse des petits juges décider ce qui est admis et ce qui ne l'est pas ? Selon quel critère ? En fonction de leur religion ?

Plus de commentaires
Sur le même sujet

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Geeko Voir les articles de Geeko