Accueil Culture Musiques

Leo Sidran nous offre son art de tout faire sans avoir l’air d’y toucher: l’écoute intégrale

Sur « The art of conversation », Leo Sidran joue et chante comme il parle, avec une aisance, un flow, un groove incroyables.

Article réservé aux abonnés
Responsable des "Livres du Soir" Temps de lecture: 2 min

Quel titre adéquat : l’art de la conversation, tout est là. Leo Sidran joue et chante comme il parle, avec une aisance, un flow, un groove incroyables. Il est bien sûr aidé. D’abord par son père, Ben Sidran, qui n’est pas n’importe qui : chanteur, pianiste, organiste, compositeur, journaliste, etc. Ensuite, il y a bien 24 musiciens pour l’accompagner, dont Larry Goldings, ce qui n’est pas rien, plus une flopée de choristes, dont Kurt Elling, Camille Bertault, Becca Stevens et Ben, Amanda et Sol Sidran. Mais qu’importe, c’est bien Leo qui mène la danse : il compose, chante, joue des claviers, des guitares, de la basse, des percussions, du vibraphone et sans doute quelques trucs encore en plus. Et puis il nous offre sa coolitude, sa nostalgie douce-amère, son art de tout faire sans avoir l’air d’y toucher. Parce que tout a l’air facile avec Leo Sidran. On chante avec lui, et on se croit presque un crooner.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Musiques

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs