Accueil Culture Livres

«Mission divine»: Sylvia Sa Majesté et le roi d’Australie

Un couple délirant mais pas bien méchant bascule vers le crime : c’est le nœud du roman de Stéphane Durand-Souffland.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 2 min

Stéphane Durand-Souffland est chroniqueur judiciaire et ne cherche pas à le cacher dans son roman Mission divine. D’une part, il s’inspire d’un fait-divers dont il a suivi les procès : le meurtre d’un enfant, Valentin, par Stéphane Moiteret, qu’il qualifie de déséquilibré, et la condamnation de celui-ci ainsi que, à une peine plus légère, de sa compagne – il conserve le prénom de la victime et une bonne part de la manière dont le couple fonctionne. D’autre part, la deuxième moitié du livre environ est consacrée au traitement que la justice réserve aux inculpés : c’est un roman de prétoire, comme la littérature française en offre quelques exemples, et les romanciers d’outre-Atlantique, beaucoup.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Livres

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs