Venise accueille son 1er navire de croisière depuis 17 mois

Le MSC Orchestra, arrivé vide à l'aube en provenance du port grec du Pirée, doit repartir samedi après-midi avec environ 650 passagers, qui devront présenter un test négatif datant de moins de 96 heures pour pouvoir embarquer.

Ils seront soumis à leur arrivée à un nouveau test, qui s'il est positif les empêchera de monter à bord.

Le navire n'est autorisé à embarquer au total que la moitié de sa capacité de 3.000 passagers, pour respecter les mesures anti-Covid. Il doit faire étape ensuite à Bari (Pouilles, sud de l'Italie), Corfou (Grèce), Mykonos (Grèce) et Dubrovnik (Croatie).

Pendant les deux jours d'arrêt du bateau à Venise, le personnel de bord approvisionnera le navire et affinera les protocoles de sécurité.

Preuve que la présence de ces géants des mers dans la lagune de Venise fait toujours polémique, deux manifestations sont prévues pour samedi, le jour du départ du MSC Orchestra : l'une pour soutenir leur présence, l'autre pour la dénoncer.

Les défenseurs de l'environnement accusent les grosses vagues engendrées par les géants des mers, longs de plusieurs centaines de mètres et hauts de plusieurs étages, d'éroder les fondations des immeubles de la Sérénissime.

Cette semaine, une pléthore d'artistes internationaux, de Mick Jagger à Wes Anderson en passant par Francis Ford Coppola et Tilda Swinton, ont adressé une lettre ouverte au président italien Sergio Mattarella et au Premier ministre Mario Draghi pour demander entre autres un "arrêt définitif" de la circulation des navires de croisière à Venise.

Cette lettre, intitulée "Décalogue pour Venise", demande aussi une meilleure gestion des flux touristiques, la protection de l'écosystème de la lagune et la lutte contre la spéculation immobilière, pour protéger "l'intégrité physique mais aussi l'identité culturelle" de la Cité des Doges.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • Va-t-on construire un Legoland sur l’ancien site de Caterpillar
?

    Charleroi: le site de Caterpillar se cherche un avenir

  • d-20200122-3YF45A 2020-01-22 17:47:41

    Par Marie-Eve Rebts

    Immo

    Charleroi: une lente remontée pour la Ville Basse

  • Opération marketing sur le chantier ZIN: le nouveau béton «cradle to cradle» est coulé en direct et en grande pompe, avec Jean-Philippe Vroninks, le nouveau CEO de Befimmo, en première ligne.

    Par Brigitte De Wolf

    Immo

    Première coulée de béton circulaire

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous