Accueil Culture

Laura Wandel: «Les films cannois ont été une école pour moi»

Sept ans après « Les corps étrangers » en lice pour la Palme d’or du court-métrage, la Belge Laura Wandel revient à Cannes en sélection officielle avec son premier long-métrage « Un monde » en sélection officielle, section « Un certain Regard ».

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Culture Temps de lecture: 4 min

Une des qualités de la jeune cinéaste belge Laura Wandel, c’est certainement la patience. Un an qu’elle attend d’officialiser sa sélection cannoise que le comité de sélection lui avait confirmé en 2020 sous le sceau du secret. Car le coronavirus a tout chamboulé, jusqu’à empêcher la tenue du 73e Festival de Cannes. Laura Wandel a gardé le secret et a attendu. Aujourd’hui, celle qui s’est formée l’IAD et était en lice pour la Palme d’or du court-métrage en 2014 avec Les corps étrangers, est impatiente de montrer son premier long-métrage Un monde dans la section « Un certain Regard », qui revient à sa fonction première, initiée par Gilles Jacob : mettre en lumière des œuvres audacieuses et originales de cinéastes encore peu connus. Sur 18 films retenus, six sont des premiers films.

Quand avez-vous appris votre sélection ?

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Culture

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs