Accueil Économie Entreprises

Malgré de lourdes pertes, Electrabel verse 700 millions de dividendes à Engie

La distribution de ce dividende soulève des questions parce qu’Electrabel fait état dans son dernier rapport annuel d’une perte colossale de 2 milliards d’euros.

Temps de lecture: 3 min

Le producteur d’énergie belge Electrabel a approuvé en toute discrétion, juste avant Noël, le versement d’un dividende de 693 millions d’euros à sa maison mère française, Engie, rapporte vendredi L’Echo. L’appauvrissement du groupe fait planer un doute sur sa capacité à financer la sortie du nucléaire, relève le quotidien.

La distribution de ce dividende soulève des questions parce qu’Electrabel fait état dans son dernier rapport annuel d’une perte colossale de 2 milliards d’euros. Une telle saignée, avertissent les spécialistes, affaiblit un peu plus Electrabel alors que l’entreprise doit relever un défi considérable : le démarrage, dans un peu plus d’un an, de la sortie du nucléaire.

La ministre de l’Énergie, Tinne Van der Straeten (Groen) se montre critique à l’égard de ce dividende. « Si c’est le prélude à un démantèlement d’Electrabel, avant que la facture de la sortie du nucléaire ne soit payée, c’est inacceptable », pointe-t-elle.

La porte-parole d’Electrabel, Hellen Smeets, défend la distribution de ce dividende. « Nous sommes une entreprise solide, dotée de quelque 22 milliards d’euros de fonds propres et bénéficiant de ratings élevés. Nous sommes en mesure de verser des dividendes », affirme-t-elle. « C’est d’ailleurs le premier dividende en dix ans – mis à part le dividende en nature versé il y a quelques années ».

Entre 2011 et 2020, le groupe n’a affiché un bénéfice que pour trois exercices, pour un total de 3,1 milliards d’euros. Les sept autres exercices ont conduit à une perte cumulée de 6,2 milliards d’euros. Entre-temps, Electrabel avait cependant déjà versé un dividende de 1,66 milliard d’euros (en nature) à sa maison-mère Engie.

Or, il est crucial qu’Electrabel soit saine financièrement pour pouvoir financer la sortie du nucléaire. Selon une loi de 2003, plus de 14 milliards d’euros de provisions ont déjà été logés chez Synatom en vue du démantèlement des réacteurs et du stockage des déchets radioactifs.

Dans une réaction complémentaire, Electrabel concède que ses activités belges sont sous pression, ce qui se traduit par des exercices régulièrement en perte, mais souligne que les activités internationales affichent par contre « des résultats solides ». En 2019, le groupe a réalisé sur une base consolidée plus de 15,1 milliards d’euros de chiffre d’affaires et 3,9 milliards d’excédent brut d’exploitation, permettant à Electrabel SA de bénéficier d’importantes distributions de dividendes de ses filiales internationales (8,4 milliards en 2019 et 1,1 milliard en 2020), rappelle sa porte-parole.

« Engie est légitimement en droit d’attendre un retour sur investissement de sa filiale. Aucun dividende n’a été versé en 2019 par Electrabel. Le dividende payé en 2020 représente un dividende de l’ordre de 3 à 4 % des capitaux propres (22 milliards d’euros), ce qui correspond à un niveau normal de dividende récurrent », poursuit Hellen Smeets. Electrabel assure être une « entité robuste » capable de faire face à l’ensemble de ses obligations en matière de démantèlement des centrales nucléaires et de gestion du combustible usé.

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

9 Commentaires

  • Posté par Belecotec bernard, vendredi 4 juin 2021, 11:37

    Mais oui Nica Petre, , les politiciens ont appris...que nous nous laissons faire, et qu'ils peuvent continuer leur petites (ou grandes) magouilles sans crainte, nous continuerons à voter pour eux, faute d' autre choix valable.

  • Posté par G Jean Luc, vendredi 4 juin 2021, 8:43

    Il fallait s'y attendre, faillite annoncée et qui va payer? on se le demande bien. La routine quoi, signe d'une gestion saine de la part d'Electrabel autant que de nos 50 gouvernements (en 40 ans)

  • Posté par Nica Petre, vendredi 4 juin 2021, 11:08

    Nos chers politiciens de touts bords et couleurs vont appliquer la même méthode millénaire : privatisation des bénéfices (les rois) et la collectivisations des pertes (les néocapitalistes) et malheureusement tant que le monde du travail ne sera pas unis contre le patronat (petit ou multinational) ce sera encore ainsi dans les prochaines millénaires avec l'accord au minimum tacite de TOUS les partis! In fine Electrabel sera la nouvelle Sabena et Engie le même combat que Swissair. Comme quoi cela prouve bien que les politiques n'apprennent ABSOLUMENT rien.

Plus de commentaires

Aussi en Entreprises

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Retrouvez l'information financière complète

L'information financière