Facebook: l'UE s'intéresse à de possibles pratiques anticoncurrentielles dans les annonces

"Près de 3 milliards de personnes utilisent Facebook chaque mois et près de 7 millions d'entreprises au total font la publicité de leurs services sur Facebook. Cette dernière recueille une mine de données sur les activités des utilisateurs de son réseau social et au-delà, lui permettant ainsi de cibler des groupes de clients spécifiques", a expliqué la commissaire à la concurrence Margrethe Vestager, citée dans un communiqué.

"Nous examinerons en détail si ces données confèrent à Facebook un avantage concurrentiel indu, en particulier dans le secteur des annonces en ligne, où des personnes achètent et vendent des biens tous les jours et où Facebook est également en concurrence avec des entreprises auprès desquelles elle collecte des données", a détaillé la commissaire danoise.

Concrètement, les services de la Commission vont tenter de vérifier si Facebook utilise les données des entreprises présentes sur son réseau social à des fins publicitaires, pour s'octroyer un avantage quand il s'agit de les concurrencer sur le marché des annonces virtuelles. Facebook pourrait par exemple adapter son propre service "Marketplace" sur base des activités publicitaires menées par les autres plateformes d'annonces sur son réseau social. Ces plateformes seraient lésées, si cette pratique est avérée. 

Il pourrait aussi être question d'abus de position dominante si l'on considère que Marketplace forme une sorte d'offre liée à Facebook. 

La CMA, l'autorité britannique de la concurrence et des marchés, a également lancé vendredi sa propre enquête sur l'usage que Facebook fait des données obtenues, note la Commission européenne, qui compte collaborer avec les Britanniques pour faire la lumière sur ces soupçons.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous