Accueil Opinions Cartes blanches

Carte blanche: le laïcisme, un nouveau radicalisme?

Les arguments psychologiques, théoriques et empiriques provenant de la psychologie (sociale) des systèmes de croyances et des valeurs constituent une approche qui mérite d’être prise en considération dans le débat sur la laïcité.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 5 min

Toute idéologie, qu’elle soit politique, religieuse/convictionnelle, ou morale, ou tout ceci à la fois, est basée sur la hiérarchie qu’elle établit en posant certaines valeurs et idées dans une position suprême par rapport à d’autres valeurs et idées, pour la plupart également légitimes et nobles. Si cela constitue le cœur de toute idéologie, et en tant que celle-ci joue le rôle d’une utopie mobilisatrice, l’idéologie, toute idéologie, qu’elle soit conservatrice ou libérale quant au contenu de ses idées et valeurs, se transforme en fondamentalisme dès qu’elle s’absolutise – avec des conséquences non optimales au niveau du fonctionnement interne des individus – et qu’elle se radicalise – avec des conséquences problématiques au niveau du fonctionnement sociétal, notamment en ce qui concerne le respect des autres, ceux qui pensent autrement.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

18 Commentaires

  • Posté par Lemaire Joseph , lundi 7 juin 2021, 8:49

    Quel verbiage et quel salmigondis ! Quand les files d’attente dans les administrations ou aux caisses de supermarchés mettront en évidence le communautarisme qu’ aurez-vous gagné cher psy?

  • Posté par GOBBO Corrado, dimanche 6 juin 2021, 11:52

    On cherche en vain un lecteur pouvant soutenir ces conneries. En vain ou en vin , pour ce pauvre professeur "glouglou", qui avait peut-être trop abusé de ce breuvage des rois. En fait , même pas, car on dit "in vino veritas" et cet éminent (minant, comme les engins utilisés par certains) prof qui rehausse la réputation des "psy" et de l'UCL ne semble connaître que dalle de la "veritas" qu'on peut trouver dans le vin. Allez, une bonne cure de sommeil dans une clinique spécialisée pour se (re)mettre les idées en place, on sort ses culottes courtes, on retourne sur le banc de l'école (primaire, comme ses propos abscons) et on essaie de (re) faire un parcours scolaire et académique "sensé", s'il reste une petite chance de rédemption (terme religieux ?...). PS : Solvay doit se retourner dans sa tombe de voir son nom associé à de tels hurluberlus, et bravo au 'jury" (de pairs sans doute) qui lui a attribué le prix, c'est inquiétant pour le niveau d'un certain monde académique belge s'il a des (con)disciples dans les "psy"... du même tonneau [et voilà, on retombe sur bacchus et le divin breuvage :-) ]

  • Posté par Dupont Vincienne, samedi 5 juin 2021, 23:15

    Le Soir a donné cette carte blanche à n'importe qui pour n'importe quoi, un vrai fatras, j'espère que c'est la dernière fois.

  • Posté par Dupont Vincienne, samedi 5 juin 2021, 20:36

    L'idée qu'on laisse à des individus comme ce M. Saroglou le soin d'éduquer les jeunes générations fait froid dans le dos. Son discours ressemble d'assez près à ce qu'était la psychiatrie sous le régime soviétique. Alors que les "psys" de Staline inventaient des maladies mentales à ceux qui ne pensaient pas comme eux, ce "psy" de l'UCL voudrait nous faire croire que ceux qui ne partagent pas ses idées seraient des radicaux. Et comment s'y prend-il ? Par des propos qu'on ne peut, si on veut rester poli, qualifier que d'insensés. Ainsi donc, d'après ce lauréat du Prix Solvay (qu'on donne manifestement parfois à n'importe qui", certains partisans de la "laïcité" seraient partisans, je cite, du "militantisme fort (moyennant des actions politiques) afin d’imposer (leur) vision des choses à autrui". On se demande à quoi il fait référence ? Des attentats à la bombe, comme dans le cas de l'islamisme ? Des attaques de cliniques ne pratiquant pas l'avortement (à la façon des intégristes chrétiens dans certains pays) ? Très franchement, j'ai du mal à voir de quoi il parle. Que Monsieur Saroglou soit partisan du droit de porter des vêtements religieux dans la fonction publique (puisque j'imagine que c'est dans ce débat qu'il essaie d'intervenir), c'est évidemment son droit, mais mobiliser son "expertise" en la frelatant de manière malhonnête comme il le fait ici est simplement inacceptable. Indigne d'un professeur dans une université d'un pays démocratique.

  • Posté par D Marc, samedi 5 juin 2021, 20:08

    "Ce que l'on conçoit bien s'énonce clairement , et les mots pour le dire arrivent aisément". La confusion dans la tête de ce professeur relève de la psychiatrie.

Plus de commentaires

Aussi en Cartes blanches

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs