Pension des indépendants: le SNI salue la suppression du coefficient de correction

À la différence du régime des salariés, le calcul de pension des travailleurs indépendants comprenait un coefficient de correction. Celui-ci revoyait à la baisse le montant du revenu pris en compte dans le calcul de la pension. Instauré en 1984, ce système se justifiait alors par le fait que les indépendants cotisaient moins que les salariés. Depuis lors, les contributions respectives sont devenues quasiment équivalentes.

"C'est enfin la réalisation d'une revendication que nous portions depuis longtemps. Cela va amener davantage d'égalité entre les différents statuts", estime le SNI, qui regrette toutefois que la mesure ne s'applique qu'à partir de 2022 et n'ait pas d'effet rétroactif.

Le SNI ne veut pas en rester là et demande au parlement et au gouvernement de se pencher sur d'autres mesures afin d'améliorer encore le statut social des indépendants et "faire en sorte que celui-ci ne soit plus un frein à l'entrée dans l'entrepreneuriat".

"En matière d'indemnités maladie par exemple, il subsiste encore des progrès à faire. Il faut aussi que chaque congé, qu'il soit nouveau ou adapté, soit également répercuté dans le statut indépendant", souhaite le SNI. Ce dernier pointe également d'autres dispositions autour des femmes et notamment de la maternité et revendique que le droit passerelle, devienne "un équivalent au chômage pour les salariés".

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous