Grand Baromètre: le Vlaams Belang domine la Flandre, le PTB deuxième parti en Wallonie

Dans cet article
Grand Baromètre: le Vlaams Belang domine la Flandre, le PTB deuxième parti en Wallonie
PhotoNews

Il y a de quoi se montrer inquiet. Notre dernier « Grand Baromètre », réalisé par Ipsos entre le 25 mai et le 1er juin, confirme une tendance lourde en Flandre : le Vlaams Belang conserve sa première place virtuelle, occupée depuis le lendemain des élections de mai 2019. Pire ! Avec 26,1 % des suffrages, il progresse de 2,5 points par rapport au sondage de mars et de 7,4 points par rapport au dernier scrutin. Et cela alors que la cavale de Jurgen Connings occupait le devant de l’espace médiatique.

Autre motif d’inquiétude : cette percée ne s’effectue pas au détriment de la N-VA. Les nationalistes flamands sont crédités de 21,8 %. Soit 1,8 point de plus qu’à la fin de l’hiver. Ces formations confédéraliste ou séparatiste cumulent donc, ensemble, 47,9 %, pour 44,2 % en mai 2019.

Les partis (flamands) de la Vivaldi connaissent, eux, des destins divers. A droite, c’est la soupe à la grimace. Le CD&V (10 %) et l’Open VLD (11,4 %) reculent respectivement de 3,2 points et de 1,5 point. Et cela malgré la popularité d’airain du Premier ministre, Alexander De Croo. A gauche, Vooruit (12,6 %) et Groen (8,3 %) glane 0,3 et 0,1 point de mieux qu’en mars. Sans doute au détriment d’un PVDA (7,8 %) en recul de 0,4 point, qui ne connaît pas le même succès que son pendant francophone. Plus que jamais, Flandre et Wallonie balancent à l’opposé.

Le PTB, dauphin virtuel d’un PS ragaillardi en Wallonie

Le PTB, virtuel 2e parti de Wallonie. Une stabilisation (+0,1 point par rapport à mars) après une progression à la hausse dans les sondages, entamées juste après les élections de mai 2019, où elle avait obtenu 13,8%.

Si la formation de Raoul Hedebouw arrive en 2e position, c’est aussi au recul du MR qu’il le doit. Les libéraux, gratifiés de 18,7% d’intentions de vote, reculent de 1,4 point. Et cela malgré une crise sanitaire qui a permis à certains de leurs ministres de se mettre en avant. Le Mouvement Réformateur se situe d’ailleurs en dessous de son résultat de mai 2019, quand il avait obtenu20,5% des suffrages.

Le PS, lui, devance ses deux «meilleurs ennemis» et retrouve des couleurs en Wallonie. Avec 24,9%, il rebondit de 2,1% par rapport au «Baromètre» de mars. Et se rapproche un peu de ses 26,1% glanés lors du scrutin de 2019.

Les autres formations politiques, elles, approchent leur résultat des élections de 2019, ce qui constitue dans certains cas une amélioration (ou pas) par rapport au dernier sondage: Ecolo (15%, -1,5 point), le CDH (10,8%, +2,1 points) et Défi (5,1%, +1,2 point).

Ecolo, PS et MR dans un mouchoir à Bruxelles

Les scores se resserrent dans la capitale : notre Grand Baromètre indique qu’ils ne sont pas deux, pour l’instant, dans la course à la première place… mais trois. Depuis le scrutin de mai 2019, Ecolo et le PS se disputent le leadership dans la capitale, avec un avantage quasi constant aux Verts. Mais, confirmant une progression amorcée fin de l’année, les libéraux, dans l’opposition, font, selon notre sondage, jeu égal avec les deux partis au pouvoir à la Région.

Précisons qu’Ecolo et le MR retrouvent, à quelques dixièmes de point près, leur score électoral, le PS est légèrement en-dessous. Cette quasi égalité entre trois formations politiques risque de tendre davantage encore un jeu politique bruxellois au sein duquel écologistes et socialistes sont toujours/déjà en compagne. Derrière, le PTB et Défi, en (léger) recul, consolident leur troisième et quatrième place, alors que le CDH marque un petit rebond, au-dessus du seuil électoral…

Côté flamand, la N-VA est en progrès mais tous les scores des partis néerlandophones sont inférieurs à la marge d’erreur maximale, prudence donc.

►Retrouvez l’intégralité des enseignements du Grand Baromètre ce samedi dans votre journal en librairie ou sur Le Soir+

Méthodologie

Sondage Ipsos réalisé en ligne du 25 mai au 1er juin 2021 auprès de 2.517 répondants, formant des échantillons représentatifs des Belges de 18 ans et plus à raison de 992 en Wallonie, 1002 en Flandre et 523 dans les 19 communes de la Région Bruxelles-Capitale. La marge d’erreur maximale, pour un pourcentage de 50 % et un taux de confiance de 95 % est de ±3,1 en Wallonie, ±3,1 en Flandre et de ±4,3 à Bruxelles.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous