Le projet de PRU du quartier Léopold approuvé provisoirement par la Wallonie (2)

La validation définitive du PRU doit permettre une mixité des fonctions dans le quartier, avec à la fois des commerces, des bureaux et des logements. En dépendent également la requalification et la redistribution des espaces publics au sein de l'îlot Léopold (square et place).  "Cette démarche s'inscrit dans un projet global de requalification du nord de la corbeille", précise la Ville de Namur. "Elle doit offrir une perspective communale de dynamisation du centre-ville via un effet d'entrainement escompté sur les initiatives futures de rénovation dans et autour du périmètre."

En pratique, le PRU présenté est constitué de 18.000 mètres carrés de surfaces commerciales, 10.000 de bureaux, 11.600 de logements et 4.000 d'espaces publics. A ceci, s'ajoute un parking souterrain de 800 à 900 places.

Pour l'enquête publique, le collège communal a décidé de ne pas se limiter aux formalités prescrites. Les Namurois auront ainsi accès à une maquette et une version électronique du dossier sur le site web de la Ville. Des webinaires sont également programmés.

A l'issue du processus d'enquête, les autorités communales espèrent pouvoir introduire une demande de permis intégré à la fin de l'année, en vue de son obtention fin 2022. Les travaux pourraient alors commencer début 2023 pour se terminer fin 2025.

La requalification du quartier Léopold, situé en plein centre-ville à proximité de la gare, est sur la table depuis plus de 10 ans. Jusqu'à présent, aucun accord n'a pu être trouvé. Les remarques de la population étaient encore nombreuses lorsque la dernière mouture du projet a été présentée en juin 2019. Celle-ci n'a d'ailleurs finalement jamais été soumise à enquête publique. 

Entre-temps, le société de construction Besix Red et la Ville de Namur se sont remises à l'ouvrage pour proposer une nouvelle esquisse qui sera donc soumise à enquête publique à partir du 9 juin.

Sur le plan commercial, le complexe doit permettre d'attirer de nouvelles enseignes dans la capitale wallonne. Pour cela, il table sur des surfaces commerciales de minimum 200 mètres carrés, alors qu'elles sont limitées à environ 100 mètres carrés actuellement dans le centre-ville. "L'enjeu est aussi que certaines enseignes ne quittent pas Namur", a encore souligné le bourgmestre, Maxime Prévot  (cdH).

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous