Accueil Société

Les jeunes de 16-17 ans pourront se faire vacciner

Les ministres de la Santé ont décidé ce samedi de proposer un vaccin aux jeunes âgés de 16 et 17 ans.

Temps de lecture: 1 min

Après avis de la task force vaccination, les ministres de la Santé ont décidé d’ouvrir la vaccination contre le coronavirus aux 16-17 ans, a fait savoir samedi le ministre flamand Wouter Beke à l’issue de la conférence interministérielle ad hoc. Actuellement, seul le vaccin de Pfizer/BioNTech est homologué pour la vaccination des 16 et 17 ans.

« La vaccination de ce groupe cible n’aura pas d’impact direct sur les chiffres des hôpitaux. Mais par leurs contacts – dont ils ont également besoin –, ils continuent de participer à la circulation du virus au sein de leur groupe mais aussi entre les autres tranches d’âge », réagit Wouter Beke. « Si un taux de vaccination suffisamment élevé peut être atteint, cela peut, espérons-le, également avoir un impact sur les contaminations et par conséquent sur les mesures appliquées dans leur environnement telles que les écoles, les mouvements de jeunesse… »

En vertu de la loi relative aux droits des patients, la vaccination des jeunes de 16 et 17 ans ne nécessite pas le consentement des parents ou du tuteur. Cependant, la vaccination contre le virus reste volontaire.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

17 Commentaires

  • Posté par Bonisseur de La Bath Adolphe, samedi 5 juin 2021, 19:08

    Il y a des craintes avec la protéine spike par rapport à l’impacte sur la fertilité. Le principe de precaution s’impose.

  • Posté par massacry olivier, dimanche 6 juin 2021, 2:47

    Merci pour votre vigilance Mr Raspe, il n'y pas de doute certains aiment à nuire.

  • Posté par Raspe Eric, samedi 5 juin 2021, 21:17

    A en croire ses réactions à la polémique du voile, le bonimenteur de la Batte est un adepte de l'hypothèse du Grand Remplacement. C'est de toute évidence un militant d'extrême droite. D'une lâcheté remarquable qui plus est vu son pseudo ridicule. Il ne mérite que de se trouver dans le fin fond du fond de la fosse d'aisance en compagnie de son comparse peeters. Cette fausse information colporté notamment par FranceSoir et d'autres sites complotistes d'extrême droite tire sa source d'un document écrit par les Dr Yeadon ancien chercheur chez Pfizer (peut être une revanche mal placée) et le Dr Wodarg. Elle est basée sur l'hypothèse que les anticorps contre la protéine Spike pourraient attaquer aussi la syncytine-1 parce qu'elle ressemble à la protéine S du Sars-CoV-2. On peut noter que le texte publié par ces auteurs précise de lui-même qu'il "n'y a pas d'indication" allant dans le sens d'anticorps anti-protéine S "qui agirait aussi comme anticorps anti Syncytine-1". Ensuite l'homologie entre les deux protéine porte sur un fragment limité de celles-ci. Une réponse immune est le fait de plusieurs anticorps dirigés contre différentes parties de la protéine S qui ne ressemblent pas à la syncytine-1. Ce n'est qu'une infime partie de ceux-ci qui pourraient reconnaître la syncytine-1 et cette reconnaissance ne sera pas forcément liée à une perturbation de la fonction de cette protéine. Si tel était le cas, des problèmes de stérilité seraient observés chez les femmes atteintes de la maladie. Ce n'est pas le cas. Pour ceux qui veulent des informations complémentaires : https://factuel.afp.com/un-vaccin-contre-le-covid-19-rend-il-les-femmes-steriles-non-repondent-des-experts.

  • Posté par Staquet Jean-Marie, samedi 5 juin 2021, 17:56

    Disons qu’ils devront... soyons un peu honnêtes.

  • Posté par ... Jacques, samedi 5 juin 2021, 13:58

    Vacciner les jeunes avec des produits en tests ....

Plus de commentaires
Sur le même sujet

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Geeko Voir les articles de Geeko