Accueil Opinions

Ce catholicisme qui a préféré la politique au débat

Le catholicisme des origines s’est construit dans la culture du débat. Mais l’échec de cette approche l’a conduit à faire alliance avec le politique dès le IVe siècle, explique l’historienne Marie-Françoise Baslez.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Forum Temps de lecture: 6 min

Marie-Françoise Baslez est l’auteure d’une biographie très remarquée de l’« entrepreneur religieux » que fut Paul de Tarse (Saint Paul, éd. Pluriel). Elle a également consacré plusieurs ouvrages à la « construction » du christianisme et du catholicisme des premiers siècles. Son livre Comment les chrétiens sont devenus catholiques est précisément réédité chez Tallandier, signe d’un intérêt manifeste pour la question. « Le lecteur, affirme l’historienne française, fait un rapprochement entre les chrétiens des trois premiers siècles et les Eglises minoritaires établies de nos jours en Orient. » Celles-ci participent d’un processus ancien, inventif et tenace né il y a deux mille ans. Il a connu sa part de réussite, mais aussi des échecs qui produisent encore leurs effets aujourd’hui.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Opinions

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs