Accueil Culture Cinéma Les sorties cinéma

«Nomadland»: délicat, d’une maturité incroyable

Un portrait mélancolique mais pas désenchanté de l’Amérique. Un film sensible, humain, tourné vers le monde et vers les autres.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Culture Temps de lecture: 3 min

Un Lion d’or à Venise en septembre, trois Oscars (Meilleur film, Meilleure réalisation, Meilleure actrice), deux Golden Globes, cinq Bafta : Nomadland est sans conteste le film qui a marqué le septième art ces derniers mois. Un film sensible, humain, tourné vers le monde et vers les autres, que l’on doit à Chloé Zhao, nouveau visage du cinéma indépendant.

Nomadland nous plonge dans l’univers des « van dwellers », ces Américains qui vivent dans leur véhicule aménagé, enchaînant les petits boulots et se retrouvant en communauté, au hasard de leur route. Au centre du film : Fern (Frances McDormand, seule professionnelle du film avec David Strathairn) une femme d’une soixantaine d’années qui décide de prendre la route à la manière d’une nomade moderne afin de retrouver la paix intérieure.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Les sorties cinéma

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs