Accord interprofessionnel: De Croo se félicite, l’opposition peu enthousiaste

Le Premier ministre, Alexander De Croo, s’est félicité mardi de l’accord conclu durant la nuit entre les partenaires sociaux. Le gouvernement fédéral va l’analyser et en discuter en son sein.

« Il est important que les partenaires sociaux soient en mesure de parvenir à un accord en ce moment économique important. La crise Corona a durement touché de nombreuses entreprises et employés. Les mois et années à venir seront marqués par la reprise économique. Dans le même temps, nous devons renouveler en profondeur notre économie et mieux protéger les personnes. Pour ce faire, nous avons besoin de partenaires sociaux capables de conclure des accords autour de la table de manière constructive et positive », a déclaré le Premier ministre.

Les partis d’opposition au fédéral N-VA et PTB se sont quant à eux montrés peu enthousiastes. Les raisons invoquées sont toutefois bien différentes.

Le député Björn Anseeuw (N-VA) évoque ainsi un accord très coûteux qui ne vise qu’à maintenir la paix politique au sein du gouvernement De Croo. « L’augmentation des salaires minimums nuit aux opportunités des groupes les plus vulnérables sur notre marché du travail. À cause de cette augmentation, nous risquons de perdre des emplois par rapport à nos pays voisins. Et les emplois pour les personnes peu qualifiées, les chômeurs de longue durée et les nouveaux arrivants non natifs seront les premiers à disparaître. Le salaire minimum augmentera et le nombre de personnes qui en bénéficieront diminuera », a estimé le nationaliste flamand.

Un autre son de cloche se fait entendre du côté du PTB. « Jusqu’au bout, dans les négociations salariales et interprofessionnelles, le gouvernement aura mis le patronat dans un fauteuil », a commenté le député Raoul Hedebouw dans un communiqué. Pour le communiste, « il y a ces mesures d’un côté, et de l’autre, il y a ces grandes entreprises du Bel20 qui distribuent 6 milliards de dividendes aux actionnaires cette année, ou les salaires de certains PDG qui explosent. Le gouvernement fait le choix d’être du côté du grand patronat, nous continuons à nous battre avec la classe travailleuse. »

Un débat d’actualité sur l’accord interprofessionnel est programmé ce mardi après-midi à 14 h 15 en commission des Affaires sociales de la Chambre.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous