Accueil Belgique Politique

Ouïghours: la Vivaldi d’accord sur une résolution dénonçant un risque de génocide

Les partis de la majorité Vivaldi ont rédigé un texte commun sur la répression au Xinjiang. Mais le vote aura lieu la semaine prochaine.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Monde Temps de lecture: 3 min

Pas simple, le parcours parlementaire d’une résolution relative à la répression des Ouïghours au Xinjiang. Un thème ultra-sensible qui avait notamment poussé l’ambassade de Chine à envoyer des courriers pressants à tous les élus. Le député Samuel Cogolati (Ecolo), auteur d’une résolution, avait par ailleurs été, avec d’autres parlementaires européens, ciblé par des sanctions chinoises en mars.

Une mystérieuse cyberattaque avait aussi empêché le 4 mai la Commission des relations extérieures d’auditionner les témoins et experts qui étaient au programme. Alors que quatre résolutions étaient présentées par différents partis de la majorité, ces auditions avaient finalement pu avoir lieu deux semaines plus tard, le 18 mai.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

5 Commentaires

  • Posté par Marlier Jacques, vendredi 11 juin 2021, 18:00

    Allons, "PTB-istes"! Pourquoi cette faute politique grossière de protection du régime chinois? Et je dis bien "protection", parce que ne pas voter le texte, politiquement très prudent, de la Vivaldi peut difficilement passer pour autre chose. Croyez-vous que vos électeurs actuels ne savent pas faire la différence entre manoeuvres dictatoriales et idéal communiste?

  • Posté par Patrick Yamedjeu, vendredi 11 juin 2021, 17:23

    Quelle farce. Je parie que toutes ces discussions se sont faites en utilisant des smart phones made in ....

  • Posté par Zan Can, jeudi 10 juin 2021, 15:48

    Qelbinur Sidiq is from Urumqi. She began her work as a teacher in the 24th primary school of Urumqi in September, 1990, and retired on February 10, 2018. Then she left China on the excuse of visiting her daughter in October, 2019, and stays abroad since then. Qelbinur Sidiq fabricated her identity as a so-called "teacher from concentration camps" and joined anti-China forces to spread slanders against Xinjiang. As a matter of fact, she has never worked in vocational education and training center, and everything she says about the vocational education and training center is totally a lie. It is learned that her husband has been suffering enough from the marriage life long ago, trying to get divorced with Kalibinur Sidike. It is just because Qelbinur Sidiq is staying abroad that they cannot go through the divorce proceedings for now.

  • Posté par Vigneron Gérard, mercredi 9 juin 2021, 8:34

    Bravo aux politiques qui osent prendre cette décision!

  • Posté par Leblanc Daniel, mardi 8 juin 2021, 20:56

    Wouaw ! Les "révolutionnaires" du PTB ! Même pas prêts à s'opposer à l'un des régimes les plus oppresseurs de sa propre population ! Pensent-ils que la Chine est un pays communiste ?

Aussi en Politique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs