Accueil Culture Musiques

«Boggamasta III»: Flat Earth Society publie un album réjouissant

Depuis vingt ans, Peter Vermeersch mène Flat Earth Society dans la jungle d’une musique foisonnante, ludique et enthousiaste.

Article réservé aux abonnés
Responsable des "Livres du Soir" Temps de lecture: 3 min

Malgré son nom de tenant de la terre plate, Flat Earth Society n’est jamais lisse, jamais enfermé, jamais normalisé. Au contraire, le big band nous étonne à chaque album, à chaque concert, par sa vitalité, son renouvellement, son énergie, son enthousiasme et la profonde originalité de sa musique, qui tète à des sources disparates, jazz, Duke Ellington, Frank Zappa, rock, blues, musique de film, punk, pop, rock, psychedelia, comédie musicale, pour en donner une version juvénile, gouleyante, éclatante.

Depuis vingt ans, le clarinettiste Peter Vermeersch mène les seize musiciens de la bande. David Bovée et lui chantent. Comme le percussionniste Wim Segers, la tubiste Berlinde Deman et la trompettiste Pauline Leblond. David Bovée ? Oui, le guitariste est de retour : il est revenu du Brésil où il vivait depuis plusieurs années. Il se fait appeler maintenant David 9 1/2 Bovée : il a perdu un demi-doigt, coincé dans une porte, dans la favela brésilienne où il vivait.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Musiques

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs