Accord interprofessionnel 2021-2022 - Le ministre Dermagne salue le relèvement du salaire minimum

Le ministre socialiste s'est particulièrement réjoui de l'augmentation des salaires les plus bas, "un combat devenu impératif, vital", s'exprime-t-il dans un communiqué.

Le relèvement du salaire minimum était important pour les syndicats. Le seuil passera lors d'une première phase (avril 2022) à environ 1.700 euros, ce qui représente pour certains employés une augmentation de près de 76 euros bruts par mois. L'espoir des syndicats est qu'il en subsiste environ 90% en net.

Lors de deux phases suivantes (2024 et 2026), 35 euros bruts viendront s'ajouter. Mais davantage devrait subsister en net, de l'ordre de 50 euros, visent les syndicats. Le gouvernement devra venir en appui avec des mesures fiscales additionnelles.

Pierre-Yves Dermagne a souligné dans un communiqué qu'environ "70.000 personnes travaillent tous les jours pour moins de 10 euros de l'heure. (?) Dans une société aussi prospère que la nôtre, cette situation est inacceptable. Elle traduit un manque de respect pour ces travailleurs et a des conséquences sociales révoltantes".

Selon le ministre, les socialistes ont réclamé que l'augmentation des bas salaires fasse partie de l'accord interprofessionnel. "Nous avons indiqué clairement que les salaires des dirigeants des grandes entreprises ne pouvaient pas augmenter sans limite alors que ceux de ces travailleurs resteraient bloqués au niveau de 2008", assure-t-il dans le communiqué.

L'accord obtenu au sein du Groupe des Dix, qui réunit syndicats et patronat, est qualifié "d'avancée majeure".

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous