Accord interprofessionnel 2021-2022 - L'UCM approuve à l'unanimité le projet d'accord social "équilibré et bienvenu"

L'augmentation du salaire minimum se fera sans surcoût excessif pour les employeurs, grâce à l'intervention promise par le gouvernement, salue ainsi l'UCM. De plus, une comparaison sera faite avec le salaire minimum en Allemagne pour préserver la compétitivité. Moyennant quoi, le pouvoir d'achat pourra augmenter et soutenir la consommation, sans crainte d'effets négatifs sur l'emploi, ajoute l'Union des classes moyennes.

Cette dernière relève l'absence de coûts supplémentaires pour les employeurs concernés par l'harmonisation des pensions complémentaires entre ouvriers et employés, qui sera effective au 1er janvier 2030. Elle pointe aussi le peu de changements relatifs à l'accès à la prépension (RCC). "Il sera possible de passer à mi-temps à 55 ans au lieu de 57 ans, ce qui est de nature à favoriser le maintien au travail", espère l'organisation.

Enfin, l'UCM se réjouit de la flexibilité en termes d'heures supplémentaires. Pour cette année et 2022, le plafond de 120 heures sera porté à 240 pour l'ensemble des entreprises, sans limitation de secteur. Le nombre d'heures bénéficiant d'un régime fiscal préférentiel sera de 180 au lieu de 130, rappelle la fédération patronale, qualifiant la mesure d'"oxygène" pour les PME en cette période de relance.

 
 
À la Une du Soir.be
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous