Accueil Belgique Politique

Robert Vertenueil: «Les barons de la FGTB ont voulu ma tête»

Un an après son éviction, l’ancien président de la FGTB revient sur les raisons de celle-ci. Et sur les douze mois qui ont suivi, marqués par une traversée du désert professionnelle et la maladie.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Politique Temps de lecture: 7 min

Le seul goût qui me reste dans la bouche, c’est celui de la tristesse. » La Grand-Place de Nivelles refleurit. Les terrasses parsèment l’alentour de la collégiale Sainte-Gertrude de leurs parasols, nénuphar sur la lisse étendue de pierre bleue, encore fermés. Une surface que foule Robert Vertenueil. Il y a ses habitudes.

Il y a tout juste un an, le quinqua nivellois (56 ans) payait le prix fort pour une rencontre médiatisée avec Georges-Louis Bouchez, président du MR. Cinq jours après la réunion, il était débarqué de son fauteuil de président de la FGTB. « Depuis le début de ma présidence, j’avais entamé une série de discussions avec les présidents de parti », explique-t-il. « J’ai d’ailleurs été le premier président de notre syndicat à ouvrir les portes de mon bureau au PTB. Je les ai fait rencontrer notre service d’études. Car leurs idées sur un certain nombre de sujets étaient superficielles. Elles ne tenaient pas la route. »

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

5 Commentaires

  • Posté par Staquet Jean-Marie, jeudi 10 juin 2021, 17:26

    Ambiance et cotillons!

  • Posté par Jean Luc, jeudi 10 juin 2021, 16:54

    Ils ont besoin d'un ballon ?

  • Posté par LIENARD NORBERT, mercredi 9 juin 2021, 22:23

    Sûrement pas pour lui prendre son cerveau

  • Posté par GOBBO Corrado, mercredi 9 juin 2021, 14:09

    On peut ne pas être un farouche partisan du syndicalisme tel que d'aucuns le voient (surtout à la FGTB ), style "patrons tous pourris, les travailleurs vaincront" (avant c'était "les ouvriers", car les seuls méritant d'être qualifiés de travailleurs), et encore moins de la fédération patronale et des patrons (souvent ceux de grosses entreprises, obnubilés par les lois du marché et le néo-libéralisme, pas celui de sa petite PME), l'éviction de Robert Vertenueil a été brutale et incompréhensible sur la "seule"/principale base apparente à l'époque de son entretien avec GLB [oui, il faut parler avec tous, n'en déplaise aux barons de la FGTB ! Tiens, on peut être syndicaliste et baron ? :-) ]. Ses interventions étaient assez en ligne avec les vociférations de certains (en forme et en fond), donc régulièrement irritantes mais apparemment, selon ses dires, il voyait un peu plus au-delà que les susdits barons (tristes sires). Donc, pas fan mais bon vent quand même Mr Vertenueil, ne serait-ce que parce que partisan d'un large dialogue (sauf avec les extrêmes, même si faut essayer de les "connaître "et comprendre, sans pour autant approuver leur démagogie populiste, qui est hélas en train de contaminer à grand pas les non extrêmes).

  • Posté par Goossens Jean-marie, mercredi 9 juin 2021, 13:54

    Ce syndicat est le miroir du PS : les puissantes fédérations (dont, surtout, la liégeoise) ne veulent pas se voir imposer des règles même si, pour cela, il faut mener la vie dure aux dirigeants. C'est LA démocratie socialiste.

Aussi en Politique

Enquête Les communes wallonnes devront se montrer plus transparentes

« Le Soir » et « Le Vif » ont mené l’enquête auprès des 281 communes wallonnes et bruxelloises, pour voir s’il était possible pour un citoyen d’obtenir des informations précises avant chaque conseil communal. Verdict : non, dans une grande majorité des cas. Mais un décret wallon à l’initiative du CDH, appuyé par la majorité, va changer la donne.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs